Aller au contenu principal

Nouvelles technologies en élevage : demain, une gestion des clôtures depuis la tablette ?

e-Pasto est un projet de recherche et développement financé dans le cadre d’Agripir. L'enjeu est de concevoir un dispositif de clôtures virtuelles en estives, basé sur un système de géolocalisation des animaux. Après l’expérimentation, la phase d’industrialisation est amorcée.

Vous pourrez suivre la prochaine sortie d’e-Pasto sur www.epasto.eu.
Vous pourrez suivre la prochaine sortie d’e-Pasto sur www.epasto.eu.
© e-pasto

e-Pasto est le projet pilote du réseau d'échange et d'expérimentation pour la revalorisation de l'agriculture de montagne dans les Pyrénées (Agripir). L'enjeu est de concevoir un dispositif de clôtures virtuelles en estives, basé sur un système de géolocalisation des animaux. Objectif : faciliter le travail de l’éleveur. Les contraintes en milieu de montagne sont fortes. Le dispositif est constitué d’une balise GPS, que les animaux portent à leur collier dans un boitier robuste. e-Pasto utilise la technologie de communication Sigfox, opérateur de réseau cellulaire basse fréquence permettant une grande autonomie énergétique sans recharge. L’autonomie du système e-Pasto peut varier de 6 à 9 mois avec une position toutes les 60 à 90 minutes.

Grâce à la remontée régulière de positions GPS, le dispositif permet de localiser précisément l’animal. Entre 2012 et 2014, e-Pasto a été testé sur vaches, en Ariège mais aussi en Espagne durant trois saisons d’estive. L’expérimentation s’est révélée particulièrement convaincante, notamment sur la fonction «géolocalisation» des animaux en estives. A la fois pour les retrouver mais aussi pour suivre leurs déplacements et vérifier ainsi que les pâtures sont adaptées, ou non. Situer les animaux permet aussi permettre de prévenir les vols. Une version commerciale d’e-Pasto sera mise sur le marché par Aguila dès 2016. Les sites pilotes sont en cours d’identification sur l’ensemble du territoire. Les données sont mises à disposition de l’utilisateur via smartphone ou via une interface web.

2ème étape : la clôture virtuelle

La mise en œuvre de clôtures virtuelles est moins évidente. Pour cela, il faut arriver à interagir à distance avec les animaux et leur faire comprendre, qu’ils dépassent les limites géographiques fixées au préalable via un logiciel. De l’expérimentation en estives, il ressort qu’une période d’apprentissage avant la sortie en estives des animaux est indispensable. Ces travaux sont à l’état de recherche. A ce jour, l’éleveur peut définir des zones de sécurité à ne pas franchir par le bétail et il est alerté directement sur son Smartphone, tablette ou PC si le troupeau franchit cette limite.

S. LENOBLE

Retrouvez dans le dossier "les nouvelles technologies dans l'élevage" du Paysan Tarnais, plusieurs exemples qui offrent à l’éleveur des progrès considérables dans l’accès aux données du troupeau ou dans la simplification du travail.




Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Lait : en manque de visibilité, Sodiaal fixe le prix du lait à 420 €/1000 l pour 3 mois

En manque de visibilité sur la capacité de la coopérative à répercuter l’inflation sur ses clients d’ici au 1er

Aides exceptionnelles à l’embauche d’alternants prolongées jusqu’à la fin de l’année 2022

Le nouveau ministre du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion, Olivier Dussopt, a annoncé le 24 mai, une prolongation…

La FDSEA et les JA auditionnent les futurs députés
À la veille des élections de juin, les candidats plaideront leur cause devant les agriculteurs le mercredi 8 juin à Montredon-…
Aide à l'alimentation animale : il reste 15 jours
Si votre poste alimentation dépasse 10% de vos charges et 3 000 €, vous pouvez demander cette nouvelle aide. Cette téléprocédure…
Les premiers échos de la moisson dans le Tarn
Peu de cultures semblent avoir résisté à la météo et les rendements sont très hétérogènes.
Les Z'Elles gaillacoises volent au secours du pigeonnier
Les vigneronnes du Gaillacois se mobilisent ces 10, 11 et 12 juin à Cadalen.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais