Aller au contenu principal

Nouvelles technologies en élevage : demain, une gestion des clôtures depuis la tablette ?

e-Pasto est un projet de recherche et développement financé dans le cadre d’Agripir. L'enjeu est de concevoir un dispositif de clôtures virtuelles en estives, basé sur un système de géolocalisation des animaux. Après l’expérimentation, la phase d’industrialisation est amorcée.

Vous pourrez suivre la prochaine sortie d’e-Pasto sur www.epasto.eu.
Vous pourrez suivre la prochaine sortie d’e-Pasto sur www.epasto.eu.
© e-pasto

e-Pasto est le projet pilote du réseau d'échange et d'expérimentation pour la revalorisation de l'agriculture de montagne dans les Pyrénées (Agripir). L'enjeu est de concevoir un dispositif de clôtures virtuelles en estives, basé sur un système de géolocalisation des animaux. Objectif : faciliter le travail de l’éleveur. Les contraintes en milieu de montagne sont fortes. Le dispositif est constitué d’une balise GPS, que les animaux portent à leur collier dans un boitier robuste. e-Pasto utilise la technologie de communication Sigfox, opérateur de réseau cellulaire basse fréquence permettant une grande autonomie énergétique sans recharge. L’autonomie du système e-Pasto peut varier de 6 à 9 mois avec une position toutes les 60 à 90 minutes.

Grâce à la remontée régulière de positions GPS, le dispositif permet de localiser précisément l’animal. Entre 2012 et 2014, e-Pasto a été testé sur vaches, en Ariège mais aussi en Espagne durant trois saisons d’estive. L’expérimentation s’est révélée particulièrement convaincante, notamment sur la fonction «géolocalisation» des animaux en estives. A la fois pour les retrouver mais aussi pour suivre leurs déplacements et vérifier ainsi que les pâtures sont adaptées, ou non. Situer les animaux permet aussi permettre de prévenir les vols. Une version commerciale d’e-Pasto sera mise sur le marché par Aguila dès 2016. Les sites pilotes sont en cours d’identification sur l’ensemble du territoire. Les données sont mises à disposition de l’utilisateur via smartphone ou via une interface web.

2ème étape : la clôture virtuelle

La mise en œuvre de clôtures virtuelles est moins évidente. Pour cela, il faut arriver à interagir à distance avec les animaux et leur faire comprendre, qu’ils dépassent les limites géographiques fixées au préalable via un logiciel. De l’expérimentation en estives, il ressort qu’une période d’apprentissage avant la sortie en estives des animaux est indispensable. Ces travaux sont à l’état de recherche. A ce jour, l’éleveur peut définir des zones de sécurité à ne pas franchir par le bétail et il est alerté directement sur son Smartphone, tablette ou PC si le troupeau franchit cette limite.

S. LENOBLE

Retrouvez dans le dossier "les nouvelles technologies dans l'élevage" du Paysan Tarnais, plusieurs exemples qui offrent à l’éleveur des progrès considérables dans l’accès aux données du troupeau ou dans la simplification du travail.




Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Bilan hydrologique : l'année 2021 dans la moyenne
De l’hiver à l’automne, les épisodes de tension sur le Tarn se sont fait rares mais assez intenses. Voici ce qu’il faut retenir…
Toujours plus de bouches à nourrir dans le Tarn
Avec 5 933 185 habitants au 1er janvier 2019, l’Occitanie est la 5e région de France la plus…
Pac 2023 : après 67 ans, l'agriculteur choisira entre aide Pac et retraite

Comme cela était pressenti, le ministre de l'Agriculture a finalement ouvert davantage que cela était prévu en septembre la…

Le lycée de Flamarens accueille les 17èmes Ovinpiades
Le 20 janvier, 62 jeunes élèves de 12 établissements agricoles de la région vont tenter de décrocher leur ticket pour la finale…
Le Département veut aller plus vite avec ambition et audace
Le Président du Conseil départemental, Christophe Ramond, a présenté ses vœux à la presse pour 2022. Cap sur les investissements…
Loup : 2022 ne devra pas ressembler à 2021 !
Les constats de présence ont été multipliés par dix l’an dernier, dans le Sud-Est du département.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais