Aller au contenu principal

Prairies à flore variée : le projet Quali-Prat démarre dans la montagne tarnaise

Les Prairies à flore variée (PFV) sera bientôt au cœur des systèmes fourragers de la montagne tarnaise au travers d'un projet mené par 24 agriculteurs et porté par trois GVA/GDA. Le GIEE Quali-Prat a été reconnu au niveau régional le 17 novembre 2015.

17 des 24 agriculteurs engagés dans le GIEE Quali-Prat et Caroline Auguy l'animatrice de la Chambre d'agriculture
17 des 24 agriculteurs engagés dans le GIEE Quali-Prat et Caroline Auguy l'animatrice de la Chambre d'agriculture
© Chambre d'agriculture 81

Après un dépôt de dossier fin août et une attente fébrile, le GIEE Quali-Prat (groupement d'intérêt économique et environnemental) a été reconnu au niveau régional le 17 novembre 2015. Ce projet, d'une durée de 5 ans, regroupe 24 agriculteurs de la montagne tarnaise. Il est porté par les 3 GDA/GVA du secteur (GDA d'Anglès-Brassac, GDA de Lacaune-Murat et GVA de la Vallée du Thoré). Pourquoi «Quali-Prat» ? Pour la qualité des pratiques, des prairies et des produits qui en sont issus, «prat» c'est aussi le pré en occitan !

Il va permettre d'étudier de manière précise, au niveau de l'exploitation, l'intérêt des prairies à flore variée pour assurer à la fois la productivité, la qualité (nutritive, environnementale et maintien de la biodiversité) et la pérennité du système fourrager.

Des essais à la parcelle à l'approche système du GIEE

C'est en effet bien cette triple attente qu'ont les agriculteurs qui se sont lancés dans cette aventure. Partant du constat que la réussite d'implantation des prairies devient de plus en plus aléatoire, les éleveurs cherchent les meilleures «recettes» pour limiter les risques d'échec. Des prairies de qualité permettraient aussi de limiter le recours à la complémentation et donc de gagner en autonomie alimentaire, et aux achats d'engrais (azotés notamment). Enfin, si les systèmes sont majoritairement autonome en matière sèche, ils veulent s'assurer que cela dure.

Un travail a ainsi été engagé depuis 2 ans avec l'UMR Agir de l'Inra de Toulouse, et en particulier Vladimir Goutiers, pour mettre en place des essais de PFV sur le secteur à partir du logiciel Capflor en cours de développement.

13 parcelles sont à présent en place, et leur suivi a révélé d'autres problématiques : comment faciliter l'approvisionnement en semences ? Comment optimiser l'itinéraire technique (implantation, fertilisation, récolte) de ces prairies pour les valoriser au mieux ? Comment assurer la conservation de la qualité au moment de la récolte ? Comment avoir un système fourrager «cohérent» et optimisé ? Comment valoriser ces prairies au niveau des rations et même des produits finis ?

Bref, il était temps de passer à la vitesse supérieure !

Un projet financé par l'Etat et l'Europe

C'est ainsi que les 3 GDA/GVA, accompagnés par la Chambre d'agriculture du Tarn, sont allés chercher des spécialistes dans divers domaines et ont monté le projet Quali-Prat. En plus de l'Inra, la Maison de l'élevage, la FDCuma, le service élevage de la Confédération de Roquefort, le Parc naturel régional du Haut-Languedoc, Hautes Terres d'Oc, et la Laiterie Fabre sont maintenant partie intégrante du projet.

Le GIEE s'articule en 4 axes de travail :

- structurer un système fourrager comportant des PFV et optimiser la conduite technique de ces prairies.

- comprendre et maîtriser les paramètres environnementaux favorables aux PFV.

- optimiser la valorisation animale de l'herbe produite.

- améliorer la valorisation économique de ces fourrages à travers la valorisation « produit ».

Le GIEE, s'il permet une reconnaissance officielle et certains avantages à ses participants, n'assure pas le financement des actions. C'est pourquoi une demande de création d'un Groupe opérationnel du partenariat européen à l'innovation (GOPEI) a été faite en complément. Le 24 novembre dernier, la Région a accepté le projet qui bénéficiera d'un co-financement Etat-Feader. Cette demande a permis d'intégrer deux autres collectifs de la région Midi-Pyrénées désireux d'avancer sur le sujet : le Comité de développement du Sud-Aveyron et le GVA Plateau de Neste Barousse dans les Hautes-Pyrénées (suivis par leurs Chambre respectives). Cela permettra des partages d'expériences et une mutualisation des résultats.




Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Une prairie à flore variée qu'est-ce que c'est ?

Les prairies à flore variée (PFV) sont des prairies comprenant entre 8 et 15 espèces et variétés. Les mélanges, conçus pour durer plus de 5 ans, comprennent un part importante de légumineuses ( plus de 40% du poids du mélange). L'association des différentes espèces et variétés permet un étalement de la production sur l'année mais aussi sur un temps long, les plus agressives laissant peu à peu la place aux pérennes. Toutes les espèces n'ont pas comme fonction principale la production de matière sèche, certaines sont là pour apporter de l'azote, couvrir le sol, augmenter la production laitière, limiter la météorisation...

Le mélange est choisi en fonction de l'adaptation au climat, aux caractéristiques agronomiques de la parcelle, mais aussi aux objectifs de production que l'éleveur affecte à chacune de ses parcelles fourragères. Il diffère donc d'une parcelle à l'autre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Un capteur connecté en test avec Caste Aliment
L’entreprise de Mirandol mène un projet pilote avec l’entreprise Nanolike chez un éleveur de poules pondeuses à Villemur-sur-Tarn…
La famille Gayraud tourne la page de sa vie de concessionnaire
Après plus d’un demi-siècle passé à vendre des engins agricoles, la famille Gayraud se recentre sur ses magasins Espace Émeraude…
La filière œufs recherche des éleveurs de poulettes
Virginie Rouillon, chef du marché Volailles chez Caste explique l’intérêt de cet atelier.
Ruralité : «manifestation virtuelle» de la FNSEA et de la FNC (chasseurs) le 12 juin

La FNSEA et la FNC (fédération des chasseurs) appellent à une «manifestation virtuelle» le 12 juin pour «faire…

Opération séduction pour l'agneau tarnais dans les cantines du département
Les collégiens du département ont pu goûter l’agneau tarnais de qualité grâce à une opération de promotion portée par l’…
De la qualité à la foire concours de Jarlard
Huit veaux ont été primés lors de la foire concours organisée par le marché de Jarlard, ce mardi 8 juinà Albi
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais