Aller au contenu principal

Prairies à flore variée : le projet Quali-Prat démarre dans la montagne tarnaise

Les Prairies à flore variée (PFV) sera bientôt au cœur des systèmes fourragers de la montagne tarnaise au travers d'un projet mené par 24 agriculteurs et porté par trois GVA/GDA. Le GIEE Quali-Prat a été reconnu au niveau régional le 17 novembre 2015.

17 des 24 agriculteurs engagés dans le GIEE Quali-Prat et Caroline Auguy l'animatrice de la Chambre d'agriculture
17 des 24 agriculteurs engagés dans le GIEE Quali-Prat et Caroline Auguy l'animatrice de la Chambre d'agriculture
© Chambre d'agriculture 81

Après un dépôt de dossier fin août et une attente fébrile, le GIEE Quali-Prat (groupement d'intérêt économique et environnemental) a été reconnu au niveau régional le 17 novembre 2015. Ce projet, d'une durée de 5 ans, regroupe 24 agriculteurs de la montagne tarnaise. Il est porté par les 3 GDA/GVA du secteur (GDA d'Anglès-Brassac, GDA de Lacaune-Murat et GVA de la Vallée du Thoré). Pourquoi «Quali-Prat» ? Pour la qualité des pratiques, des prairies et des produits qui en sont issus, «prat» c'est aussi le pré en occitan !

Il va permettre d'étudier de manière précise, au niveau de l'exploitation, l'intérêt des prairies à flore variée pour assurer à la fois la productivité, la qualité (nutritive, environnementale et maintien de la biodiversité) et la pérennité du système fourrager.

Des essais à la parcelle à l'approche système du GIEE

C'est en effet bien cette triple attente qu'ont les agriculteurs qui se sont lancés dans cette aventure. Partant du constat que la réussite d'implantation des prairies devient de plus en plus aléatoire, les éleveurs cherchent les meilleures «recettes» pour limiter les risques d'échec. Des prairies de qualité permettraient aussi de limiter le recours à la complémentation et donc de gagner en autonomie alimentaire, et aux achats d'engrais (azotés notamment). Enfin, si les systèmes sont majoritairement autonome en matière sèche, ils veulent s'assurer que cela dure.

Un travail a ainsi été engagé depuis 2 ans avec l'UMR Agir de l'Inra de Toulouse, et en particulier Vladimir Goutiers, pour mettre en place des essais de PFV sur le secteur à partir du logiciel Capflor en cours de développement.

13 parcelles sont à présent en place, et leur suivi a révélé d'autres problématiques : comment faciliter l'approvisionnement en semences ? Comment optimiser l'itinéraire technique (implantation, fertilisation, récolte) de ces prairies pour les valoriser au mieux ? Comment assurer la conservation de la qualité au moment de la récolte ? Comment avoir un système fourrager «cohérent» et optimisé ? Comment valoriser ces prairies au niveau des rations et même des produits finis ?

Bref, il était temps de passer à la vitesse supérieure !

Un projet financé par l'Etat et l'Europe

C'est ainsi que les 3 GDA/GVA, accompagnés par la Chambre d'agriculture du Tarn, sont allés chercher des spécialistes dans divers domaines et ont monté le projet Quali-Prat. En plus de l'Inra, la Maison de l'élevage, la FDCuma, le service élevage de la Confédération de Roquefort, le Parc naturel régional du Haut-Languedoc, Hautes Terres d'Oc, et la Laiterie Fabre sont maintenant partie intégrante du projet.

Le GIEE s'articule en 4 axes de travail :

- structurer un système fourrager comportant des PFV et optimiser la conduite technique de ces prairies.

- comprendre et maîtriser les paramètres environnementaux favorables aux PFV.

- optimiser la valorisation animale de l'herbe produite.

- améliorer la valorisation économique de ces fourrages à travers la valorisation « produit ».

Le GIEE, s'il permet une reconnaissance officielle et certains avantages à ses participants, n'assure pas le financement des actions. C'est pourquoi une demande de création d'un Groupe opérationnel du partenariat européen à l'innovation (GOPEI) a été faite en complément. Le 24 novembre dernier, la Région a accepté le projet qui bénéficiera d'un co-financement Etat-Feader. Cette demande a permis d'intégrer deux autres collectifs de la région Midi-Pyrénées désireux d'avancer sur le sujet : le Comité de développement du Sud-Aveyron et le GVA Plateau de Neste Barousse dans les Hautes-Pyrénées (suivis par leurs Chambre respectives). Cela permettra des partages d'expériences et une mutualisation des résultats.




Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Une prairie à flore variée qu'est-ce que c'est ?

Les prairies à flore variée (PFV) sont des prairies comprenant entre 8 et 15 espèces et variétés. Les mélanges, conçus pour durer plus de 5 ans, comprennent un part importante de légumineuses ( plus de 40% du poids du mélange). L'association des différentes espèces et variétés permet un étalement de la production sur l'année mais aussi sur un temps long, les plus agressives laissant peu à peu la place aux pérennes. Toutes les espèces n'ont pas comme fonction principale la production de matière sèche, certaines sont là pour apporter de l'azote, couvrir le sol, augmenter la production laitière, limiter la météorisation...

Le mélange est choisi en fonction de l'adaptation au climat, aux caractéristiques agronomiques de la parcelle, mais aussi aux objectifs de production que l'éleveur affecte à chacune de ses parcelles fourragères. Il diffère donc d'une parcelle à l'autre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Le Tarn s'affiche en grand au SIA

Le Président du département, Christophe Ramond, et les équipes de Tarn Attractivité ont présenté le Bistrotarn édition 2024…

La résistance agricole s’intensifie dans le Tarn !

Comme un peu partout en Occitanie et en France, la FDSEA et les JA81 ont à leur tour bloqué l’autoroute à Albi, pour faire…

Meunière, le projet d’une vie

Clarisse Valentin démarrera son activité le 1er février. Pourtant, il lui faudra plusieurs mois avant de pouvoir installer son…

L’annonce d’une fusion entre Unicor et Capel

La nouvelle structure qui portera un nouveau nom devrait être officialisée fin mars, après le vote de l'ensemble des adhérents…

Albi : le blocage est levé mais la mobilisation continue

Une semaine de lutte qui s'est terminée par une dernière action en centre-ville et un grand barbecue, mais qui ne signe pas la…

FDO81 : attirer des jeunes, repousser le loup

La question du loup et celle du renouvellement des générations ont donné du fil à retordre à la Fédération départementale…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 96€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais