Aller au contenu principal

Protéines : le soja «premium» cultivé ici s'exporte jusqu'en Asie

Depuis trois campagnes, un céréalier de la plaine du Tarn a intégré la graine protéagineuse dans sa rotation. Les atouts agronomiques de la culture et l'accompagnement l’ont convaincu.Témoignage.

© Soytouch

Installé depuis 15 ans sur des boulbènes près de Saint-Sulpice, Jean-Paul Natoly a été démarché par un technicien des Silos du Touch. L’entreprise, basée à 50 km au Sud-Ouest de Toulouse lui a proposé un contrat de soja pour l’alimentation humaine afin de fournir une filière export qui se faiblit pas.

ALLONGER LA ROTATION

Avant l’entrée dans la rotation du soja, il fonctionnait avec des successions de maïs ou un schéma maïs-tournesol-blé. Le soja a pris la place du tournesol et a même conquis des surfaces historiquement en maïs. «Normalement, les cycles des ravageurs tels que la sésamie ou la pyrale vont être perturbés grâce au soja entre deux maïs» explique l’agriculteur. Les attaques sur tournesol par les oiseaux, après le semis et avant la récolte, ont eu raison de la culture.

Les hivers chauds et la suppression de certains phytos ont compliqué la protection des cultures. L’arrivée de la protéagineuse sur l’exploitation présente un atout pour la gestion des adventices des céréales à paille. Mais Jean-Paul Natoly préfère aussi le soja pour sa vigueur à la levée : «la graine a plus de puissance qu’un tournesol. Une légère croûte de battance est facilement traversée.»

ITINÉRAIRE TECHNIQUE SIMPLE

«S’il est bien mené, le soja génère une aussi bonne marge qu’un maïs.» Pour bien faire, il doit être semé dans la deuxième quinzaine d’avril. Pour la préparation des terres, l’agriculteur passe les disques dans son couvert de féveroles puis le décompacteur. Après un passage de rotative, il implante le soja au monograine à 60 cm entre 400 000 et 500 000 grains/ha avec une fertilisation sur le rang en phosphore et potasse.

Il achète les big-bags de semence à un voisin équipé d’un trieur. Son expérience, bien que récente, lui a déjà prouvé que le semis après une pluie dans un sol réchauffé fonctionne bien : «il suffit que les prévisions annoncent 2 ou 3 jours de beau ensuite et la levée se fera vite !» Le roulage est une opération recommandée s’il y a des cailloux, notamment pour faciliter la récolte.

Jean-Paul Natoly juge la culture facile à désherber. Il faut cependant être vigilant sur la morelle : «elle tâche le grain de soja et il risque alors d’être déclassé !». Le xanthium et le datura doivent également être maîtrisés. Les punaises sont présentes au cœur de l’été mais les dégâts semblent minimes. L’agriculteur conçoit qu’avec les lignes d’arrosage intégral, il serait vraiment compliqué de devoir intervenir. Il estime d’ailleurs que l’irrigation est aussi importante pour la réussite du soja que pour un maïs. Grâce à un groupe sur l’application TalkAg, il échange avec des cultivateurs de tout le sud-ouest. Cet appui, mis en place par les Silos du Touch, est un moyen «enrichissant» de partager et d’apprendre.

CONTRATS : LE BON SENS

Pour sa troisième campagne, un bonus fidélité s’ajoutera au prix contractualisé au printemps. «Même si l’an dernier j’avais atteint 40 quintaux/ha, j’ai engagé mes 34 ha au printemps pour un rendement de 20 quintaux, précise l’agriculteur. Les silos du Touch annoncent 2 ou 3 prix dans l’année. Dans une logique de sécurisation mutuelle, ils nous conseillent de ne pas surestimer le rendement futur.» Les tonnes au-delà seront vendues au prix récolte annon-cé le 15 septembre. Conscient que la multiplication des passages dans les vis peut abimer les graines, Jean-Paul Natoly ne s’est pas engagé dans le stockage à ce jour. Les céréales historiques de la ferme prennent déjà de la place dans ses cellules. C’est donc son collecteur qui récupère le soja avant de rejoindre l’usine de transformation de Haute-Garonne. L’Asie est la destination finale des produits finis. En fin de périple, se trouvent des acheteurs avides de ce soja garanti non-OGM et reconnu pour sa qualité !

Flavien Roussel

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Bilan hydrologique : l'année 2021 dans la moyenne
De l’hiver à l’automne, les épisodes de tension sur le Tarn se sont fait rares mais assez intenses. Voici ce qu’il faut retenir…
Toujours plus de bouches à nourrir dans le Tarn
Avec 5 933 185 habitants au 1er janvier 2019, l’Occitanie est la 5e région de France la plus…
Pac 2023 : après 67 ans, l'agriculteur choisira entre aide Pac et retraite

Comme cela était pressenti, le ministre de l'Agriculture a finalement ouvert davantage que cela était prévu en septembre la…

Le lycée de Flamarens accueille les 17èmes Ovinpiades
Le 20 janvier, 62 jeunes élèves de 12 établissements agricoles de la région vont tenter de décrocher leur ticket pour la finale…
Le Département veut aller plus vite avec ambition et audace
Le Président du Conseil départemental, Christophe Ramond, a présenté ses vœux à la presse pour 2022. Cap sur les investissements…
Loup : 2022 ne devra pas ressembler à 2021 !
Les constats de présence ont été multipliés par dix l’an dernier, dans le Sud-Est du département.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais