Le Paysan Tarnais 16 mai 2019 à 08h00 | Par D. Monnery

Benoît Redoulès, l’éleveur ovin lait qui a du chien

Déjà champion de France en titre de chiens de troupeaux sur bovins, Benoit Redoulès tente ce week-end de remporter le titre sur ovins. Une épreuve qui lui tient particulièrement à cœur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 © Le Paysan Tarnais  © Le Paysan Tarnais

Gros week-end en perspective pour Benoît Redoulès. L’éleveur ovin lait de Vénès est engagé dans la finale du championnat de France inter-races de chien de troupeau sur brebis, à Poitiers. «Nous sommes seize qualifiés dont sept ou huit peuvent prétendre au podium», commente le quadragénaire. Nul doute que sa prestation sera particulièrement attendue. Depuis l’été dernier, Benoît Redoules est auréolé du titre de champion de France de chiens de troupeau sur vaches. Un titre que l’éleveur ovin avait gagné dès sa première participation face aux spécialistes de la discipline, en Bretagne. Compétiteur dans l’âme, il lui tient désormais à cœur de bien figurer sur brebis, les animaux avec lesquelles il travaille au quotidien.

Grâce à la maturité acquise depuis le titre de l’an dernier, son chien L’Oustal, 4 ans, semble être plus que jamais en possession de tous ses moyens pour bien figurer lors de ce rendez-vous. Un véritable temps fort pour Benoît Redoulès, féru de ces concours. «À la ferme, on est tous bons, mais quand on sort dans un autre contexte, ça remet tout à plat, constate-t-il. Cela permet de s’améliorer, de se remettre en question. Et puis c’est aussi l’occasion de voyager et de faire des rencontres.»

Formateur

C’est pourtant pour une raison bien pratique qu’il a commencé à s’intéresser aux chiens de troupeau.

«Je suis un peu tombé dedans tout petit, comme Obélix, sourit Benoît Redoulès. On avait un chien à la maison, mais pas forcément dressé. Les chiens qui bossent, qui sont dressés pour travailler, ça m’a toujours fasciné.» Alors quand il s’installe en 2002 (en Gaec avec deux frères), son premier achat, c’est un chien. «Je me suis formé avec la Chambre d’agriculture du Tarn», indique-t-il.

Et aujourd’hui, c’est lui qui transmet son savoir-faire. Il aide les propriétaires demandeurs à bien comprendre leurs chiens et à les faire travailler efficacement. Benoît Redoules passe d’ailleurs actuellement son diplôme de formateur pour officialiser son statut. Cela ne fera que renforcer sa légitimité déjà acquise sur les concours.

D. Monnery

Un été chargé

La saison des grandes compétitions ne fait que commencer pour Benoît Redoulès. Après le championnat de France inter-races de chien de troupeau sur brebis, à Poitiers ce week-end, l’éleveur tarnais verra encore du pays. Les 20 et 21 juillet, il sera à Arbois dans le Jura pour le championnat d’Europe sur bovin. Son titre de champion lui permet en effet d’aller se confronter aux meilleurs européens. Et le 4 août, direction Rodez pour la finale du championnat de France sur bovin. Il remettra alors son titre en jeu pour son dernier concours de l’année… qui tombe le week-end de la fête de l’ail !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Paysan Tarnais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Paysan Tarnais
La couverture du journal Le Paysan Tarnais n°2633 | août 2019

Dernier numéro
N° 2633 | août 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui