Aller au contenu principal

Réinsertion : un beau partage autour du métier

Stéphane Collette, travailleur à l’Esat(1) de Boissel, suit la formation pour le CQP(2) «ouvrier qualifié de l’exploitation viticole», pilotée par Inéopôle formation. Florence Niort est sa tutrice dans ce parcours.

Florence Niort a accueilli Stéphane Collette pendant quelques journées de travail dans la vigne.
Florence Niort a accueilli Stéphane Collette pendant quelques journées de travail dans la vigne.
© S. Lenoble

C’est la dernière ligne droite. Stéphane Collette amorce le 8ème et ultime module de la formation pour obtenir le certificat de qualification professionnelle «ouvrier qualifié de l’exploitation viticole». Si tout va bien, en juin prochain, ce travailleur de l’Esat de Boissel devrait décrocher cette belle reconnaissance de ses compéten-ces. «Nous avons démarré les cours en septembre 2013» expli-que Jean-Claude Abadie, formateur à Inéopôle formation à Brens, structure qui pilote le cursus. «C’est un dispositif innovant que nous avons imaginé et pensé pour le «milieu adapté». Nous avons adapté la durée de la formation, son organisation et nous l’avons complétée par la mise en place d’un tutorat entre apprenants et salariés viticoles en activité.» Stéphane Collette est l’un des 6 travailleurs de l’Esat de Boissel qui sont inscrits dans la première «promo» de ce cursus pas comme les autres. «Avant, j’ai occupé plusieurs emplois, notamment en tant que chauffeur et cariste. Et puis, je suis rentré à l’Esat en septembre 2010. Je n’avais jamais touché à la vigne mais le travail m’a plu. Quand on m’a proposé de suivre cette formation, j’ai tout de suite accepté. Après plusieurs années de pratique, j’avais envie d’en savoir plus sur la théorie !» Plantation, travaux sur la vigne, vinification... «Là où je me sens le plus à l'aise, c'est la conduite du tracteur» souligne Stéphane Collette. «Tout le travail en cave m'a plu aussi. Le dernier module sur l'application des produits, c'est moins simple. Les calculs de doses, j'aime pas trop ça.»

Dans cette aventure, il a pour tutrice Florence Niort, ouvrière viticole à la Tour d’Olivier. Stéphane Collette a réalisé quelques journées de travail avec elle. «J’aime beaucoup partager et transmettre et notamment sur ce métier que j’ai fait par choix et qui m’enthousiasme. Mais ce n’est pas toujours simple : il faut apprendre à apprendre ! Cela demande déjà de se caler aux attentes de la personne qui est en face de vous. Et puis, il faut être clair et concret quand on explique ce que l’on fait… Alors que c’est souvent devenu machinal ! Du coup, c’est toute une remise en question de notre travail, c’est très intéressant. Enfin, il faut pouvoir recevoir. On apprend beaucoup de l’autre aussi, de son expérience… On a par exemple échangé plein d’astuces ! C’est une très belle expérience, humainement très riche.» Stéphane Collette a lui aussi beaucoup apprécié ces journées passées en situation de travail ordinaire avec Florence Niort. «J’ai appris beaucoup de choses. Elle m’a parlé du métier bien-sûr, mais aussi des fleurs, des oi-seaux… C’était très intéressant. C’est une personne très ouverte et très gentille. Parfois, j’ai eu du mal à suivre le rythme, surtout quand le travail était physique. Mais elle a toujours été très compréhensive !»

S. Lenoble


(1) Etablissement de service et d’aide par le travail
(2) Certificat de qualification professionnelle

Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

La famille Gayraud tourne la page de sa vie de concessionnaire
Après plus d’un demi-siècle passé à vendre des engins agricoles, la famille Gayraud se recentre sur ses magasins Espace Émeraude…
Un capteur connecté en test avec Caste Aliment
L’entreprise de Mirandol mène un projet pilote avec l’entreprise Nanolike chez un éleveur de poules pondeuses à Villemur-sur-Tarn…
Vous avez jusqu'au 30 juin pour enregistrer les heures de DIF
Les heures cumulées sur le compte DIF et non utilisées sont transférables sur le compte personnel de formation (CPF) jusqu’au 30…
La filière œufs recherche des éleveurs de poulettes
Virginie Rouillon, chef du marché Volailles chez Caste explique l’intérêt de cet atelier.
Le prix des terres ne connaît pas la crise en Occitanie
L’effet Covid a renforcé l’intérêt pour les terres de notre région. Mais, changement climatique oblige, le marché agricole se…
Opération séduction pour l'agneau tarnais dans les cantines du département
Les collégiens du département ont pu goûter l’agneau tarnais de qualité grâce à une opération de promotion portée par l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais