Aller au contenu principal

Retenue de Sivens : place au projet de territoire pour le bassin versant du Tescou !

Après l’abrogation, en décembre, de l’arrêté de déclaration d’intérêt général, permettant de valider l’indemnisation des dépenses engagées sur le premier chantier, le projet de territoire est lancé.

© le Tarn Libre

Non, le projet de Sivens n’est pas enterré. Avec l’abrogation fin décembre de la déclaration d’intérêt publique, certains ont cru, en relayant cette information, que la retenue ne se ferait pas. Il n’en est rien. L’abrogation de la DIG était liée à la signature du protocole transactionnel entre l’Etat et le conseil départemental. Autrement dit, le règlement de l’incidence des dépenses engagés jusqu’à la suspension du chantier (estimés à 3,3 millions d’euros)  a pris du temps.

Et dans ce dossier de Sivens, le temps est pourtant précieux. Comme le rappellent inlassablement la FDSEA et les JA depuis de nombreux mois : «les agriculteurs du territoire ont besoin d’eau et le plus vite possible. Aujourd’hui, il faut qu’on avance». Une nouvelle étape débute, en cette fin janvier : le lancement des travaux sur le projet de territoire pour la vallée du Tescou. En effet, la ministre de l’écologie a conditionné la réalisation de tout projet de retenue à un préalable : la mise en place d’un groupe travaillant sur un projet de territoire, définissant les besoins en eau et les solutions à mettre en place.

Définir une méthodologie

Avant de rentrer précisément dans le vif du sujet et de travailler sur ce projet de territoire, il s’agit de définir une méthodologie et qui doit siéger dans le comité de pilotage. Le 26 janvier, le préfet de région, celui du Tarn et du Tarn-et-Garonne ont débuté une série de rendez-vous avec les différents acteurs de ce dossier avant d'asseoir tout le monde à la même table. L’ensemble des acteurs du dossier sont reçus, mais le panel est plus large avec également la présence de représentants des habitants, des collectivités locales concernées dans le Tarn et le Tarn et Garonne ainsi que des représentants du monde économique.

Concernant le projet de territoire, Thierry Gentilhomme se garde de donner tout calendrier : «Il faut que ça aille vite mais que ça soit un minimum exhaustif. Il faudra une vision sur les ressources, les besoins, qu'on évacue les solutions qui ne marchent pas, puis les solutions. Les agriculteurs doivent disposer des ressources dont ils ont besoin dans les meilleurs délais mais je ne m'engage pas sur le calendrier.» Un garant et un animateur « extérieur » en charge de piloter les réunions seront prochainement nommés. «Il faut que chacun puisse s’exprimer et il y aura un scribe pour que chaque mot prononcé soit retenu.»

A.RENAULT

 




Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Les réactions après l’audition par le préfet du Tarn

La délégation des FDSEA et JA du Tarn et du Tarn-et-Garonne sont revenus sur le rendez-vous de mardi matin à l’école des Mines d’Albi, avec les préfets de région, du Tarn et du Tarn-et-Garonne. FDSEA et JA ont été reçus pendant plus de deux heures. «Nos interlocuteurs sont dans une optique d’écoute des différents acteurs du territoire et du projet. La première chose que nous avons demandé, c’est que le projet avance vite. Il faut que le temps se compte en mois et non en années ! Il y a urgence pour l’agriculture locale. » La délégation FDSEA-JA a ensuite présenté les différents points qu’elle considère comme primordiaux. «En premier, il faut bien définir le territoire. Nous avons ensuite rappelé l’importance de prendre en compte les avis locaux. Nous avons ensuite rappelé les différents enjeux, et, en ce qui nous concerne, les enjeux agricoles. L’agriculture de la vallée du Tescou a besoin d’eau pour vivre. »

Propos recueillis par A.RENAULT

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Le plus court chemin pour se régaler à la cantine
La dixième édition du salon Rest & Co a permis aux producteurs et transformateurs tarnais de rencontrer les acheteurs de la…
L'élevage bovin tarnais à l'honneur sur les concours
Voici les résultats obtenus par les élevages tarnais engagés dans les concours nationaux blonde d’Aquitaine, gasconne des…
Gasconne : l'excellence tarnaise récompensée
L’élevage conduit par Évelyne et Serge Esteveny a été récompensé des Sabots d’or pour la deuxième fois de son histoire à l’…
Border Disease : dépister pour mieux lutter
Des analyses sur lait de tank sont proposées pour repérer la maladie. Le coût de cette opération est pris en charge par le…
75è congrès FNSEA : les trois défis de l'agriculture
Christiane Lambert a précisé aux 1 200 délégués présents et au ministre de l’Agriculture les trois défis auxquels l’agriculture…
Ail rose de Lautrec : une année compliquée après une année record
La récolte 2021 est marquée par de faibles rendements du fait, notamment, d’une météo compliquée. La qualité reste au rendez-vous.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais