Aller au contenu principal

SA Tuelacau : le 1er abattoir porcin de Midi-Pyrénées est à Lacaune !

L'édition du 23 octobre consacrait son dossier au canton de Lacaune. Extrait avec l'interview de Pascal Roussaly, président directeur général de la SA Tuelacau, qui gère l'abattoir porcin de Lacaune.

Avec 28 000 tonnes de porcs français abattus en 2013, l'abattoir de Lacaune est le plus gros abattoir porcin de Midi-Pyrénées.
Avec 28 000 tonnes de porcs français abattus en 2013, l'abattoir de Lacaune est le plus gros abattoir porcin de Midi-Pyrénées.
© Le Paysan Tarnais



Créé en 1968 par la municipalité, l'abattoir de Lacaune s'est spécialisé dans le porc depuis 1993. Resté municipal jusqu'au 26 décembre dernier, il est aujourd'hui propriété de la SA Tuelacau, dont les actionnaires sont les usagers de cet abattoir. Un passage de relai qui permet une gestion plus simple de l'outil. Avec 28 000 tonnes de porcs français abattus en 2013, l'abattoir de Lacaune est le plus gros abattoir porcin de Midi-Pyrénées. C'est aussi le seul abattoir du sud de la France à abattre des coches. «Sur la chaîne, on passe 200 porcs / heure» précise Pascal Roussaly, le PDG de la SA Tuelacau. «Pour les coches, on réorganise l'équipe et on n'utilise qu'un crochet sur deux pour pouvoir travailler ces animaux de réforme qui sont deux fois plus gros.»

L'abattoir tourne du lundi au vendredi, de 5h à 12h et génère 60 emplois directs. «On tue, on partage en 2 et on refroidit. On travaille aussi les boyaux, avec le nettoyage des abats blancs.» Pour Pascal Roussaly, l'un des points forts de la structure, c'est la notion de service. «Notre credo est de proposer le meilleur service au meilleur prix pour tous les usagers, qu'ils soient gros industriels ou petit boucher. Nous fonctionnons comme une coopérative. La prestation est facturé au coût de revient et aux mêmes conditions ! Elle permet de couvrir les salaires, l'énergie et les investissements.»

63% des abattages sont réalisés par Roussaly SAS, une entreprise de découpe et de commerce de porcs. 20% sont effectués par Valtec Franvial, structure spécialisée dans la découpe et la transformation de coches. Les 17% de volumes restants sont abattus pour les salaisonniers, les bouchers et autres petits utilisateurs.



Envie d'en savoir plus ? Lisez le Paysan Tarnais !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Julien Denormandie à l'écoute de la ferme Tarn
Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a passé une journée complète dans le Tarn, vendredi 14 janvier. Pas de grandes…
Toujours plus de bouches à nourrir dans le Tarn
Avec 5 933 185 habitants au 1er janvier 2019, l’Occitanie est la 5e région de France la plus…
Le lycée de Flamarens accueille les 17èmes Ovinpiades
Le 20 janvier, 62 jeunes élèves de 12 établissements agricoles de la région vont tenter de décrocher leur ticket pour la finale…
Bilan hydrologique : l'année 2021 dans la moyenne
De l’hiver à l’automne, les épisodes de tension sur le Tarn se sont fait rares mais assez intenses. Voici ce qu’il faut retenir…
Le Département veut aller plus vite avec ambition et audace
Le Président du Conseil départemental, Christophe Ramond, a présenté ses vœux à la presse pour 2022. Cap sur les investissements…
Loup : tirs de défense, une priorité pour la FDSEA
Deux élevages ovins d’Anglès ont été visités par la préfète et les représentants de la profession pour organiser la lutte contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais