Aller au contenu principal

Sanitaire : «Les problèmes de pieds chez les animaux sont complexes car multifactoriels»

Cela fait plus de vingt ans que Joël Albenge est pareur bovin. Cette activité, d'abord secondaire, l'occupe aujourd'hui à temps plein. En effet, les problèmes de pieds ne font pas en diminuant dans les élevages bovins lait ou viande. Interview.

Joël Albenge, vous êtes pareur bovin et vous travaillez en grande majorité dans les élevages tarnais. Pouvez-vous nous décrire les principales lésions des pattes que vous rencontrez ?

Joël Albenge : Le pied d’un bovin peut dégénérer de multiples façons. La complication la plus fréquente, c’est le décollement de muraille. Il s’agit de la partie externe du sabot. Elle peut s’ouvrir jusqu’au vif à cause d’une blessure ou d’une fragilité. Dès que la lésion atteint le tissu sensible, cela devient douloureux pour l’animal, il se met à boiter. Cela peut guérir tout seul, mais cela peut aussi s’infecter et un abcès peut se créer. L’autre grand problème que je rencontre, ce sont les cerises. C’est une zone au niveau du vif qui dégénère et qui ne produit plus de corne. Apparait alors une ulcération. C’est une lésion plus inquiétante, parce qu’elle a rarement une cause accidentelle. Il s’agit d’un dysfonctionnement plus profond du pied. Il y a enfin la dermatite digitée, appelée aussi maladie de Mortellaro, qui se développe beaucoup actuellement. Des bactéries s’engagent dans le vif du pied, créant des ulcères voire des nécroses. Ces problèmes sanitaires peuvent, dans certains élevages, prendre énormément d’ampleur !

Existe-t-il des solutions pour endiguer cette maladie ?

Joël Albenge : Non aujourd’hui, les éleveurs ont très peu de solutions. C’est une maladie que l’on connaît très mal. Pour moi, en tant que pareur, c’est très compliqué à soigner. Souvent, quand j’interviens, c’est que l’infection est importante et que les bactéries sont «rentrées» dans le pied. Les nécroses sont alors très douloureuses et plusieurs interventions sont nécessaires avant d’arriver à soigner le bovin. Quand c’est encore possible. La surveillance est donc de mise pour intervenir le plus tôt possible, dès que la fraise apparaît. Cette maladie est fortement contagieuse et on ne sait pas vraiment comment elle se transmet. Dès qu’elle est présente sur l’élevage, il est donc fortement conseillé de procéder à des traitements préventifs collectifs, via le pédiluve ou de la pulvérisation. J’accompagne souvent les éleveurs pour la mise en place de ces pratiques. On échange sur la fréquence, les produits, le mode d’application… mais c’est avant tout à l’éleveur de trouver le système qui lui convient le mieux ! Et lorsque l’on a la chance de ne pas être embêté sur son élevage, il faut bien penser à soulever les pieds quand on achète un bovin. Cela peut éviter de très mauvaises surprises. Ceci dit, les vaches peuvent être porteuses et ne pas l’exprimer. De toute façon, il faut rester attentif !

Propos recueillis par S. Lenoble

 

Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Les éleveurs tarnais en concours ce week-end à Saint-Gaudens
Au National limousin à Limoges où sur le ring des Pyrénéennes à Saint-Gaudens, la qualité des élevages tarnais sera bien…
La nouvelle carte de la zone vulnérable est sortie
Tout le nord et la moitié est du département sont désormais classés dans la nouvelle cartographie de la zone vulnérable…
Deux Tarnais en finale nationale de labours

Grâce à leurs belles prestations sur les terres du Gers lors de la finale régionale de labours, les Tarnais Romain Enjalran (…

Porc : une visite imminente d'inspecteurs chinois redoutée par les abattoirs français

Alors que l'Empire du milieu ralentit ses importations de viandes de porc pour tenter de stabiliser son marché intérieur, des…

Septembre sera placé sous le signe du don agricole
Les Journées nationales du don agricole organisées en Occitanie et dans toute la France en septembre.
Les JA régalent encore pour un soir à la ferme
La dernière soirée de la saison aura lieu ce samedi 4 septembre à Lempaut.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais