Aller au contenu principal

Sivens : les agriculteurs en colère à la lecture du rapport des experts

Ce lundi 19 janvier, FDSEA et JA du Tarn et du Tarn-et-Garonne ont bloqué la D999, dans les 2 sens, à hauteur du village de Salvagnac. Une centaine d'agriculteurs étaient mobilisés.

 

En parallèle de la conférence de presse qui s’est tenue ce lundi 19 janvier à la préfecture du Tarn, FDSEA et JA du Tarn et du Tarn-et-Garonne ont réuni plus d’une centaine d’adhérents dans la vallée du Tescou. Des convois de tracteurs ont bloqué la circulation sur la D999 à hauteur de Salvagnac : une quinzaine menés par les Tarnais en venant de Gaillac, une autre quinzaine par les Tarn-et-Garonnais en venant de Montauban. Trafic dévié et perturbé, les agriculteurs sont en colère et veulent le faire savoir. «Encore une fois, il faut qu’on montre qu’on existe» expliquent Patrick Lombrail, représentant de la FDSEA du Tarn-et-Garonne, Laurent Viguier, secrétaire général de la FDSEA du Tarn et Roland Le Grand, président JA du Tarn. «Nos revendications sont simples : nous voulons de l’eau, rapidement, et nous ferons tout pour y arriver. Sans eau dans la vallée, c’est la fin de dizaines de petites exploitations du Tescou. Nous nous mobilisons pour faire entendre notre voix. Si les conclusions du rapport sont suivies, on redémarre de zéro. Il faut refaire toutes les études, ce sont encore des années d’attente avant d’avoir accès à l’eau. Nous ne le tolèrerons pas !»

La démocratie en question

Ecœurés par la prise de position du gouvernement vis-à-vis du projet de retenue, FDSEA et JA du Tarn et du Tarn-et-Garonne s’interrogent sur la notion de démocratie, si souvent mise en avant par les décideurs nationaux. «Dès les premières pages, on sent bien que le rapport a été réalisé à des kilomètres de la réalité du terrain. Nous n’y accordons aucun crédit. Même les noms des élus, soit disant consultés pour l’élaboration de ce rapport, ne sont pas correctement orthographiés ! Cette étude était prête depuis des mois. Ses résultats ont été annoncés avant même que les experts les aient présentés aux principaux intéressés. Rien n’a été démocratique dans la démarche.» Loin d’être démocratique aussi selon eux, l’occupation illégale du site par les ZADistes. «Les Pouvoirs publics doivent enfin faire régner l’ordre et évacuer ces occupants. Si on veut que la situation s’apaise et qu’on puisse à nouveau avancer sur le projet, il faudra inévitablement en passer par là !»




Envie d'en savoir plus ? Lisez le Paysan Tarnais !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Julien Denormandie à l'écoute de la ferme Tarn
Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a passé une journée complète dans le Tarn, vendredi 14 janvier. Pas de grandes…
Toujours plus de bouches à nourrir dans le Tarn
Avec 5 933 185 habitants au 1er janvier 2019, l’Occitanie est la 5e région de France la plus…
Le lycée de Flamarens accueille les 17èmes Ovinpiades
Le 20 janvier, 62 jeunes élèves de 12 établissements agricoles de la région vont tenter de décrocher leur ticket pour la finale…
Bilan hydrologique : l'année 2021 dans la moyenne
De l’hiver à l’automne, les épisodes de tension sur le Tarn se sont fait rares mais assez intenses. Voici ce qu’il faut retenir…
Loup : tirs de défense, une priorité pour la FDSEA
Deux élevages ovins d’Anglès ont été visités par la préfète et les représentants de la profession pour organiser la lutte contre…
Le Département veut aller plus vite avec ambition et audace
Le Président du Conseil départemental, Christophe Ramond, a présenté ses vœux à la presse pour 2022. Cap sur les investissements…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais