Aller au contenu principal

Stéphane Marc : la régularité d’une bonne génétique récompensée

La bonne génétique du troupeau de Blonde d’Aquitaine de Stéphane Marc (Montredon-Labessonnié) lui permet de conserver sa première place départementale au challenge des Sabots.

© Le Paysan Tarnais

Pour la troisième année consécutive, Stéphane Marc se retrouve sur la plus haute marche du podium départemental du challenge des sabots d’or en Blonde d’Aquitaine. Une belle régularité que cet éleveur, adhérent au contrôle de performance depuis 1995, doit avant tout à la génétique de ses animaux. Ses bons indicateurs de valeur maternelle et de sevrage sont le résultat de son orientation tournée à 100 % vers l’insémination artificielle. Ce choix permet à l’éleveur de sélectionner finement les caractéristiques des taureaux utilisés. En contrepartie, cela lui demande une astreinte importante car il doit s’en remettre à son œil expert pour déceler les chaleurs.

Parallèlement, l’éleveur Montredonnais a toujours élevé son propre renouvellement pour maintenir un âge moyen du troupeau compris entre 6 et 7 ans. Sur les vingt-cinq génisses gardées chaque année, Stéphane Marc en conserve ainsi quinze pour son cheptel. La dizaine d’autres est vendue à des éleveurs qui, comme lui, cherchent du mixte-viande et ne veulent surtout pas avoir de problèmes de vêlages.

Vêlages toute l’année

Après la retraite de ses parents en 2009, Stéphane Marc a progressivement arrêté l’élevage de brebis pour développer petit à petit le troupeau de Blonde d’Aquitaine. Le cheptel est ainsi passé de 45 à 75 mères, dont 62 sont utilisées pour des vêlages de race pure et 13 pour des croisés. L’ancienne bergerie a été transformée pour accueillir les vaches de réforme et les génisses. Un deuxième bâtiment est consacré à l’élevage. Stéphane Marc a pris l’option d’étaler les vêlages sur toute l’année. Cela lui offre l’avantage de lisser ses revenus et surtout de pouvoir encaisser les soubresauts des prix. L’inconvénient de cette option, outre les astreintes dues à une conduite différenciée du troupeau, est qu’elle l’empêche de procéder à un vide sanitaire qui lui permettrait de couper le microbisme, car «il y a toujours des animaux dans le bâtiment», note l’éleveur.

Ses veaux sont vendus exclusivement sur la marché d’Albi, et à de rares occasions sur celui de Valence. «En allant sur le marché, je suis maître de mes prix, apprécie Stéphane Marc. En plus je repars directement avec le chèque, je n’ai pas à attendre trois semaines avant d’être payé. Et puis c’est un lieu de rencontres…»

À l’installation de Stéphane Marc en 1998, l’exploitation familiale est passée de 50 ha à 95 ha part achat et location. Cette surface ne lui permet cependant pas tout à fait d’être autonome au niveau du fourrage. «Cette année on a d’abord eu le gel pour la première coupe de luzerne, puis la sécheresse pour les deuxième et troisième coupes, indique Stéphane Marc. Ici les sols sont caillouteux, filtrants et séchants.» Des achats de maïs doux et de foin sont donc venus compenser le manque. L’alimentation des veaux, elle, est composée d’environ 70% céréales et 30% complémentaires azotés avec un peu de tourteau de lin pour faciliter engraissement.

D. MONNERY

Retrouvez l'analyse du spécialiste bovin viande à la Maison de l'élevage du Tarn et le palmarès du challenge des sabots 2017 dans l'édition en ligne

Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Mise en oeuvre du tarif réduit du GNR : ce que vous devez savoir

À compter du 1er juillet 2024, les agriculteurs pourront bénéficier d’un tarif réduit sur le gazole non routier (GNR)…

Après la manifestation, des dégâts chez les agriculteurs

La manifestation anti-autoroute du 8 juin n'est pas sans conséquence pour les agriculteurs.

Une récolte "correcte" pour oublier les années difficiles

Le syndicat de défense est revenu sur les résultats de la campagne et sur les projets à venir pour préserver le dynamisme de…

Arsoé : "Continuer à chercher de l'activité en élevage"

Trois questions au président de l’Arsoé de Soual, Michaël Meyrueix, après l’assemblée générale de la coopérative le 24 mai…

FDSEA et JA81 : "nos produits ont un prix non négociable"

Les deux syndicats tarnais avaient convié le 17 mai les directeurs des GMS du Tarn pour parler coût de production, prix de…

Un mois de mai très pluvieux dans le Tarn

À la mi-mai, les cumuls de pluie dans le département atteignent déjà plus de 100 mm dans plusieurs secteurs.

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 96€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais