Aller au contenu principal

Thierry du Fretay revient sur les difficultés actuelles de la production de semences de luzerne

Le Paysan Tarnais du 18 novembre consacre un dossier complet à la production de semences. L'occasion de faire le point avec Thierry du Fretay, agriculteur à Noailhac et animateur des discussions prix de la filière luzerne semence à la Fnams.

© Le Paysan Tarnais

Le Paysan Tarnais : La Fnams a récemment communiqué sur les bas niveaux de prix envisagés pour la prochaine récolte de semences de luzerne. Pouvez-vous nous expliquer le contexte ?
Thierry du Fretay : Le prix des cultures concurrentes (céréales) et le volume des stocks disponibles de semences de luzerne sont les principaux éléments intervenant dans la détermination du prix de référence. Le marché export (50% des ventes de semences), moins valorisant que le marché français, tire les prix vers le bas. Pour la campagne 2010, les premières discussions interprofessionnelles n'ont pas abouti. Les établissements souhaitent un prix inférieur à 150 € / quintal. Le seuil de rentabilité pour les producteurs est aux alentours de 170 € / quintal. La difficulté, comme toujours, est d'arriver à trouver un consensus entre les établissements semenciers et les producteurs de semences !

Le Paysan Tarnais : Face à ces niveaux de prix, quelle est la réaction des producteurs ?
Thierry du Fretay : En fait, cette situation n'est pas nouvelle pour la filière. Le marché de la luzerne est sinusoïdal. Tous les 4 à 5 ans, les prix varient de plus de 200 € / quintal à moins de 125 € / quintal. Ces variations ont bien-sûr un impact direct sur la production. Quand les prix sont trop bas, les producteurs se tournent vers les céréales. On a eu le cas en 2008 / 2009 avec l'explosion du cours des céréales. Les volumes étaient au plus bas, la semence de luzerne a été payée près de 220 € / quintal aux producteurs ! Aujourd'hui, il faut temporiser. La luzerne est une plante agronomiquement intéressante et possède une bonne image. C'est une usine à protéines qui attire les éleveurs. La filière semence a donc de l'avenir, mais il faut que les marges des producteurs restent correctes !

 

Envie d'en savoir plus ? Lisez le Paysan Tarnais !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Gasconne : l'excellence tarnaise récompensée
L’élevage conduit par Évelyne et Serge Esteveny a été récompensé des Sabots d’or pour la deuxième fois de son histoire à l’…
Le potentiel des métiers agricoles présenté aux jeunes tarnais
Près de 500 jeunes et demandeurs d’emploi ont participé à la journée “Les Métiers sont dans les champs”, le 14 octobre à la Cuma…
Border Disease : dépister pour mieux lutter
Des analyses sur lait de tank sont proposées pour repérer la maladie. Le coût de cette opération est pris en charge par le…
75è congrès FNSEA : les trois défis de l'agriculture
Christiane Lambert a précisé aux 1 200 délégués présents et au ministre de l’Agriculture les trois défis auxquels l’agriculture…
Tournesol : une moisson 2021 satisfaisante
L’année exceptionnellement favorable, pour la plante, a porté ses fruits côté rendement.
Ail rose de Lautrec : une année compliquée après une année record
La récolte 2021 est marquée par de faibles rendements du fait, notamment, d’une météo compliquée. La qualité reste au rendez-vous.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais