Aller au contenu principal

Thierry du Fretay revient sur les difficultés actuelles de la production de semences de luzerne

Le Paysan Tarnais du 18 novembre consacre un dossier complet à la production de semences. L'occasion de faire le point avec Thierry du Fretay, agriculteur à Noailhac et animateur des discussions prix de la filière luzerne semence à la Fnams.

© Le Paysan Tarnais

Le Paysan Tarnais : La Fnams a récemment communiqué sur les bas niveaux de prix envisagés pour la prochaine récolte de semences de luzerne. Pouvez-vous nous expliquer le contexte ?
Thierry du Fretay : Le prix des cultures concurrentes (céréales) et le volume des stocks disponibles de semences de luzerne sont les principaux éléments intervenant dans la détermination du prix de référence. Le marché export (50% des ventes de semences), moins valorisant que le marché français, tire les prix vers le bas. Pour la campagne 2010, les premières discussions interprofessionnelles n'ont pas abouti. Les établissements souhaitent un prix inférieur à 150 € / quintal. Le seuil de rentabilité pour les producteurs est aux alentours de 170 € / quintal. La difficulté, comme toujours, est d'arriver à trouver un consensus entre les établissements semenciers et les producteurs de semences !

Le Paysan Tarnais : Face à ces niveaux de prix, quelle est la réaction des producteurs ?
Thierry du Fretay : En fait, cette situation n'est pas nouvelle pour la filière. Le marché de la luzerne est sinusoïdal. Tous les 4 à 5 ans, les prix varient de plus de 200 € / quintal à moins de 125 € / quintal. Ces variations ont bien-sûr un impact direct sur la production. Quand les prix sont trop bas, les producteurs se tournent vers les céréales. On a eu le cas en 2008 / 2009 avec l'explosion du cours des céréales. Les volumes étaient au plus bas, la semence de luzerne a été payée près de 220 € / quintal aux producteurs ! Aujourd'hui, il faut temporiser. La luzerne est une plante agronomiquement intéressante et possède une bonne image. C'est une usine à protéines qui attire les éleveurs. La filière semence a donc de l'avenir, mais il faut que les marges des producteurs restent correctes !

 

Envie d'en savoir plus ? Lisez le Paysan Tarnais !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Le projet de méthanisation agricole progresse
Un collectif de 30 éleveurs du Ségala ambitionne une agriculture saine et durable. Le projet a déjà évolué plusieurs fois pour…
Bio : les arrêts de certification augmentent de 42% sur un an (Agence bio)

Au 31 août, les arrêts de certifications bio montrent une hausse de 42% sur un an, et les conversions ralentissement de 37%,…

Les agriculteurs inquiets pour l’avenir de leur ferme
Les présidents des sections font état de conditions économiques contraignantes. Les exploitations n’arrivent pas à compenser les…
La ferme de Frédéric Joucla, un exemple de changement
Frédéric Joucla a présenté le 22 septembre, dans le cadre d’innov’action, son système de pâturage tournant dynamique et de…
Fiers d'inaugurer les casiers connectés tarnais !
Du beau monde était présent lors de l’inauguration de la Ferme Tarnaise vendredi dernier à Albi.
Une belle réussite cette année pour Innov'Agri
Pour sa 9ème édition à Ondes, Innov’Agri continue de progresser d’une année sur l’autre. Une diversité présentée sur 80 hectares…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais