Aller au contenu principal

Un grand virage pour l’exploitation du lycée agricole de Fonlabour

L’exploitation agricole du campus albigeois se trouve à Bellegarde. Depuis quelques années, un projet d’évolution de ce support pédagogique est enclenché. Premiers résultats.

© Le Paysan Tarnais

C’est en 1967 qu’est acquise l’exploitation du lycée agricole de Fonlabour, sur le site située sur la commune de Bellegarde. Un troupeau bovin lait est constitué et l’exploitation devient un lieu d’apprentissage pour les élèves du lycée agricole albigeois. Au-jourd’hui, le visage de l’exploitation change. Jean-Noël Bertrand, professeur d’agronomie au sein de l’établissement explique ce changement de cap. «En 2015 -2016, avec la crise du prix du lait, se pose le souci de la rentabilité de l’exploitation. Comment faire pour continuer à produire du lait tout en diminuant les charges ?» Voici la question centrale qui se pose pour le responsable de l’exploitation agricole et toute l’équipe du lycée agricole. Le système, basé sur l’élevage bovin lait en bâtiment avec une alimentation principalement basée sur l’ensilage de maïs doit évoluer. «La première mesure qui fut décidée, c’est de remettre les vaches au pâturage. Pour cela il fallait améliorer la qualité des prairies sur l’exploitation pour ne pas faire baisser de manière importante la production de lait.» Des prairies multi-espèces sont implantées, un travail sur la génétique du troupeau est mis en place, la place du maïs sur l’exploitation est divisée par deux… «C’est en 2018 que le pâturage a été remis en place. Dans un même temps, nous avons opéré des changements techniques pour répondre aux soucis d’érosion. Nous avions des labours parfois fréquents avec des pertes de sol, de matière organique et un sol avec une réserve en eau pauvre. Des essais ont été menés avec l’implantation de méteils, de la luzerne, de soja (avec le Grenier coopératif Albigeois pour produire de l’extrudé de soja).» Petit à petit l’exploitation change de visage. Le résultat sur les charges est rapidement observé avec une baisse importante (36 000 € en 2018 contre 90 000 € en 2015 de charges de concentrés).

LE VISAGE DE L’EXPLOITATION CHANGE

Dans le prolongement de ce projet, un programme de plantation de haies sur 5 ans est lancé en lien avec l’association Arbres et Paysages. Un autre volet concerne l’agroforesterie avec le CFAAH du Tarn. «180 arbres remarquables ont été plantés sur les parcelles en culture qui devraient devenir des pâtures. Nous avons laissé 25m entre les rangées d’arbres pour continuer à valoriser les parcelles dans l’avenir.» Sur une parcelle pentue de l’exploitation, difficile à cultiver, un parc à volailles va voir le jour en 2019. Autant de diversifications qui ont pour objectif également d’alimenter le lycée. «Pourquoi ne pas consommer les fruits des arbres au self du lycée tout comme ce sera le cas pour les poulets. C’est déjà aujourd’hui le cas pour le lait.» En 2018, des cultures comme le pois chiche ont également été mises en place.

Un volet important est celui de la qualité de l’eau sur l’exploitation (présence d’un lac collinaire et d’un captage). Une convention a d’ailleurs été signée avec l’agence de l’eau Adour Garonne pour travailler sur la qualité du réseau d’irrigation, sur la valorisation de la ressource et sur sa qualité, en lien avec l’agence de l’eau et la plate-forme GH2O présente sur le campus de Fonlabour.

VALORISATION DU BOIS

Enfin, un travail a été initié sur la valorisation d’une parcelle de bois présente à Bellegarde. «Sur les 16ha, une classe de STAV travaille pour mettre en valeur ce bois. Le CRPF et le lycée forestier Alquier de Saint Amans Soult sont parties prenante de cette étude. C’est un excellent exemple de partenariat entre deux établissements scolaires.» Bellegarde change progressivement de visage mais pas d’objectif : «être un support d’appren- tissage pour les élèves, d’expérimentations avec des partenaires et des instituts et toucher le réseau des agriculteurs.»

A. RENAULT


Retrouvez l'intégralité du dossier formations dans l'édition en ligne

Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Une convention eau-agriculture

Une convention eau-agriculture a été signée sur le campus d’Albi-Fonlabour, à l’occasion de la semaine de l’eau organisée du 4 au 8 février. Le directeur de l’établissement agro-environnemental du Tarn, Éric Gaillochon, le directeur de l’Agence de l’eau Adour-Garonne, Guillaume Choisy, ainsi que le directeur régional de l’alimentation de l’agriculture et de la forêt (Draaf), Pascal Augier, ont paraphé ce document qui a nécessité plus d’un an de travail.
«L’idée est, en lien avec la Chambre d’agriculture du Tarn impliquée dans le dispositif, d’apporter un guide de bonnes pratiques aux agriculteurs locaux», explique Éric Gaillochon. «Les pratiques d’avant ne seront plus celles de demain, abonde Guillaume Choisy, rappelant le déficit de 1,2 milliard de m3 d’eau annoncé pour 2050 pour le bassin Adour-Garonne. Nous avons besoin de travailler collectivement pour trouver des solutions.» Et de rappeler que la question de l’eau est un «enjeu structurant» qui doit permettre de maintenir «la vitalité des territoires ruraux».
De son côté, le Draaf a rappelé que «les défis son énormes. Ici, entre les deux châteaux d’eau que sont les Pyrénées et le Massif-Central, on a longtemps eu l’impression qu’on aurait tout le temps de l’eau, mais ce n’est pas le cas. Il faudra de nouvelles pratiques pour équilibrer nos besoins et nos ressources. Et cela concerne tout le monde.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

La famille Gayraud tourne la page de sa vie de concessionnaire
Après plus d’un demi-siècle passé à vendre des engins agricoles, la famille Gayraud se recentre sur ses magasins Espace Émeraude…
Un capteur connecté en test avec Caste Aliment
L’entreprise de Mirandol mène un projet pilote avec l’entreprise Nanolike chez un éleveur de poules pondeuses à Villemur-sur-Tarn…
La filière œufs recherche des éleveurs de poulettes
Virginie Rouillon, chef du marché Volailles chez Caste explique l’intérêt de cet atelier.
Opération séduction pour l'agneau tarnais dans les cantines du département
Les collégiens du département ont pu goûter l’agneau tarnais de qualité grâce à une opération de promotion portée par l’…
De la qualité à la foire concours de Jarlard
Huit veaux ont été primés lors de la foire concours organisée par le marché de Jarlard, ce mardi 8 juinà Albi
Les parlementaires à l'écoute de la FDO du Tarn
Les acteurs de la production ovine ont invité sénateurs et députés à Montredon-Labessonnié vendredi 28 mai. L’occasion d’échanger…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais