Aller au contenu principal

Un groupe sur les techniques culturales innovantes dans le Gaillacois

Suite à la mise en place du comité de développement du Gaillacois, diminuer les coûts de production a été relevé comme un enjeu majeur. Depuis, une dizaine d’agriculteurs se réunissent pour échanger sur les techniques culturales simplifiées.

"La volonté a tout de suite été d'avoir une approche très "terrain"."
"La volonté a tout de suite été d'avoir une approche très "terrain"."
© Le Paysan Tarnais

C'est grâce au comité de développement animé par la chambre d'agriculture sur le secteur de Gaillac, que ce groupe a vu le jour. «Tout est parti de l'expérience des agriculteurs de Rabastens, en terme de suivi technique des cultures» expliquent Christian Marre et Pascal Pélissou, membres de ce comité de développement. «Nous voulions travailler sur le même principe, mais en approfondissant le domaine des techniques culturales simplifiées. Très vite, le sujet des couverts végétaux s'est, lui aussi, imposé. Autant faire un atout de cette possible évolution réglementaire. Quelques exploitants du groupe de Rabastens nous ont d'ailleurs rejoint dans cette démarche.»
Un groupe de réflexion sur les TCS est donc né. Le noyau dur du groupe est composé d'une dizaine d'agriculteurs. «La volonté a tout de suite été d'avoir une approche très «terrain». Dès l'automne dernier, nous avons commencé les visites des exploitations du groupe. Un conseiller de la chambre d'agriculture vient chez chacun d'entre nous, à tour de rôle, pour réaliser un diagnostic complet de la structure et de nos pratiques culturales. La synthèse est présentée lors de la visite en elle-même, pour que les participants puissent bien situer l'exploitation. On réalise en plus un profil de sol sur une des parcelles. Les conseillers spécialisés «agronomie» et «grandes cultures» de la chambre d'agriculture apportent aussi un appui technique intéressant.»
La thématique mobilise. Par réunion, les agriculteurs ont été jusqu'à une vingtaine. «Dans ce contexte économique difficile, tout le monde va à la pêche aux idées !». Le bouche à oreille a bien fonctionné. Jean-Louis Médalle, exploitant en polyculture -élevage sur Castelnau-de-Lévis, a, par exemple, rejoint le groupe en cours de route. «Je me suis converti à l'agriculture biologique il y a un peu moins de 10 ans. C'est pas toujours évident...

Envie d'en savoir plus ? Retrouvez l'article complet dans le Paysan Tarnais !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Ail rose de Lautrec : une récolte 2021 compliquée
L’accès aux parcelles est difficile en raison des pluies de fin de printemps et de début d’été.
Le gel et les pluies ont affecté la récolte 2021
Les excès et le manque d’eau pour les céréales ont débouché sur une forte hétérogénéité des rendements. La cellule régionale d’…
Delga et Ramond poursuivent leurs actions
Sans surprise suite aux derniers scrutins régionaux et départementaux, Carole Delga et Christophe Ramond ont été respectivement…
Un soir à la ferme : les JA remettent le couvert
Le syndicat a présenté, son plan pour mettre les produits tarnais sous les feux de la rampe. 
Plan stratégique national : les derniers arbitrages
Deux réunions avec les parties prenantes, ont permis au ministère de l’Agriculture de présenter une version plus détaillée du…
Les innovations viticoles à l'honneur avec Vini-viti vici !
La première édition du salon des innovations pour une viticulture durable, de la vigne au chai, a rencontré un vif succès, jeudi…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais