Aller au contenu principal

Equipement
Un système pour subvenir à leurs coups de pompe

 Jean-Louis et Jérôme Freslon se sont récemment équipés d’un nouveau système installé sur leur matériel de traite, et il leur change la vie.

Associés en Gaec avec Yasmina Khattou sur la commune de Labessière-Candeil, les deux frères possèdent un élevage de 600 brebis. Jean-Louis a rejoint l’exploitation fin 1987, et Jérôme en 1993. Sur la campagne, le volume de production de l’exploitation est de 300 litres par brebis environ, avec un niveau de msu (masse sèche utile) qui se trouve entre 140 et 142 g/l. Les deux éleveurs n’achètent pas de concentré : “On fait des cultures pour nourrir nos bêtes, tout est autoconsommé ici. Nous dépassons les quotas que l’on se fixe donc c’est suffisant.”

Quel était le problème ? 

L’élément qui amenait des complications aux deux éleveurs provenait de la mousse qui se formait dans le lait. Mais ce n’est pas cette présence de mousse à proprement parler qui posait problème, puisqu’au moment où le lait tombe dans le globe, de la mousse se forme logiquement. Ils s’expliquent : “La pompe que nous avions n’aspirait pas la mousse, ce qui fait qu’elle partait dans le vide. Nous étions donc obligés de laver le vide régulièrement, c’était fatigant.” Les deux frères nous précisent que cela ne représentait pas un problème ponctuel : “Il fallait tout nettoyer minimum tous les 15 jours, voire toutes les semaines. C’était une perte de temps considérable. Et franchement, c’était embêtant physiquement et mentalement”. Effectivement, si la mousse commence à stagner dans les tuyaux, et plus précisément au niveau des joints, l’hygiène est remise en cause. “Nous travaillons en lait cru, donc s' il y a un souci de propreté, on sait nous le dire. Des saletés se déposaient dans le vide, ce qui était normal car quand la mousse stagne, elle moisit. C’est pourquoi on passait notre temps à nettoyer", déclarent Jean-Louis et Jérôme. Ils n’hésitent pas à confier que ce problème récurrent était vraiment contraignant pour leur travail : “En général, beaucoup d'éleveurs sont embêtés en début de traite et à la mise en herbe. Nous, c’était tout le temps.” L’ancien système commençait sérieusement à "pomper l’air" des deux agriculteurs, et c’est le cas de le dire.

La solution miracle ! 

Afin de résoudre le problème, les deux éleveurs ont fait appel à une de leur connaissance, Sylvain Fontaynes, co-gérant de Moderne Élevage. Et excellente nouvelle, un système efficace a été trouvé !  Résultat ? “Honnêtement, plus aucune mousse ne monte, c'est génial. C’est impensable la différence que cela nous apporte”, se réjouissent Jean-Louis et Jérôme. Cela fait un mois que cette nouvelle pompe à lait 4 000 l. est utilisée sur l’exploitation, et elle a le don de soulager les deux frères. L’ancienne pompe, à turbines n’était pas défaillante puisqu’elle n’était pas prévue pour aspirer la mousse, contrairement à celle-ci. Plus il y a d’entrées d’air, plus il y a de mousse. Aujourd’hui elle ne monte plus car la pompe l’aspire. De plus, ils précisent que s’il n’y a pas de liquide dans le globe, la pompe ne tourne pas. Sylvain Fontaynes s’exprime également sur le système qu’il a lui-même installé : “Cette pompe est faite pour un 24 postes. Sur le principe, il n’y a pas de barattement du lait. Elle possède des rotors en caoutchouc, et adopte le même procédé qu’une pompe à vide, une dépression se fait”. Un seul inconvénient est pour le moment à déclarer : la pompe est légèrement plus bruyante que la précédente.

Un système méconnu, qui répond à leurs besoins

Les deux agriculteurs nous ont confié qu’ils n’avaient pas la connaissance que ce système existait, à leur plus grand regret ! “Avant, il n’y avait pas de concessionnaires sur la région. Il faut dire aussi que la brebis est très locale, elle ne représente pas grand chose en France”, constatent-ils. Cet outil est encore très peu démocratisé dans l’élevage ovin, mais cela n’a pas empêché les deux frères de s’en équiper, pour le plus grand bonheur de leurs conditions de travail ! Lorsqu’ils sont confrontés à un problème au niveau de la traite ou de matériel, Jean-Louis et Jérôme expliquent qu’ils peuvent également faire confiance au service élevage de la Confédération générale de Roquefort : “Si nous avons des soucis avec le lait ou avec les machines, nous faisons appel à eux, il y a un excellent suivi.”

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

La Région veut développer les filières agricoles
Les élus tarnais ont présenté le budget de la Région pour l’année 2023. Plus de 77 millions d’euros seront consacrés à l’…
Gagner en efficacité pour pérenniser l'exploitation
Benoît et Cédric Barria, éleveurs d’ovins et bovins viande à Montirat, ont aménagé leur exploitation pour diminuer la pénibilité…
Pac 2023 : un « droit à l’erreur » venu du ciel
En vigueur à partir du printemps, la Pac 2023-2027 sera celle de la mise en œuvre du Système de suivi des surfaces en temps réel…
Le Tarn se rapproche de la barre des 400 000 habitants
Dans son dernier rapport, l’Insee annonce que 391 066 personnes résident dans le Tarn au 1er janvier 2020. La population augmente…
La nouvelle réforme de la PAC prend place
À compter de 2023, de nouvelles modalités d’octroi des soutiens agricoles seront mises en place. Retour sur les grandes lignes de…
Une indemnisation exceptionnelle suite à l'Influenza
 Après l’épisode d’Influenza aviaire H5N1 2021-2022, des mesures ont été récemment décidées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais