Aller au contenu principal

Entreprise
Une micro-malterie a fait son nid dans le vieux silo

Lancé dans la fabrication de malt depuis la fin 2013, Laurent Coursières répond à la demande de brasseurs dans toute la France. Le bâtiment en bordure de la RD 999 est surprenant !

C’est un vrai passionné de bière qui est devenu malteur près de Salvagnac. Son projet s’est aussi appuyé sur son expérience passée en informatique pour automatiser plusieurs étapes de fabrication et s’équiper progressivement. La première année, 60 tonnes sont sorties de l’atelier certifié AB. Depuis, l’engouement pour le malt artisanal a porté l’entreprise dont la taille est assez singulière. «Aujourd’hui, il y a moins d’une dizaine de malteries artisanales en France. J’ai installé la deuxième en 2013, note Laurent Coursières. La demande des brasseurs, de toutes tailles, pour cette qualité de travail et des malts spéciaux est soutenue.» Découvrons comment travaille la Malterie du vieux silo.

De la précision et des astuces

Laurent Coursières transforme 450 tonnes de grains par an parmi lesquels, l’orge, le blé, le seigle, l’avoine mais aussi le sarrasin et le sorgho. Cela ne veut pas dire qu’il produit 450 tonnes de malt car «la germination et le maltage génèrent 20 % de perte de masse». Pour faire germer les céréales, elles sont immergées dans l’eau puis mises hors d’eau. L’opération prend environ 48 heures. «Je travaille des lots de 4 tonnes en général, détaille le malteur. Il faut obtenir une température de l’eau entre 15 et 18 degrés. C’est une pompe à chaleur et un automatisme qui gère.»
L’ensemble de la chaîne de production a été mis au point par le malteur. Des vis sans fin et des convoyeurs aident au déplacement des céréales. La germination dure 4 à 5 jours dans germoir. Laurent Coursières a conçu un rotor sur lequel des tiges sont fixées. À leur extrémité, des petits socs de type patte d’oie participent au mélange des grains pendant cette phase. Ce léger brassage se fait de façon automatisée. 

Sécher finement

Vient ensuite le transfert vers le four. «C’est un convoyeur à tapis qui amène la céréale germée. Dans une vis, il y aurait trop de bourrage car la matière est trop collante.»  Le séchage dure en général une trentaine d’heures dans le four alimenté par une chaudière à pellets. La température de chauffe est régulée par plusieurs capteurs qui sont d’ailleurs connectés, ce qui offre la possibilité de surveiller le bon déroulement de cette étape. Il ne reste ensuite qu’à préparer les expéditions. L’ensachage et la palettisation se font avec l’aide d’automatismes. Preuve, s’il en fallait encore une, que l’artisanat et la qualité se marient bien avec une dose de technologie et de bon sens.

La qualité des lots de céréales doit être constante
Même s’il réalise un peu de travail à façon pour du malt conventionnel, l’atelier produit essentiellement dans le cadre du label AB. La coopérative voisine, AgriBio Union, fournit les céréales et fait un travail d’homogénéisation et de tri qui est primordial. «La qualité du stockage est aussi très importante, alerte le malteur. La récolte 2021 sera travaillée à partir d’octobre jusqu’au mois d’août 2022.» Il est donc plus sécurisant de s’appuyer sur les métiers de la collecte. Le taux de protéine est également surveillé. Il ne doit pas être trop bas.  
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Lait : en manque de visibilité, Sodiaal fixe le prix du lait à 420 €/1000 l pour 3 mois

En manque de visibilité sur la capacité de la coopérative à répercuter l’inflation sur ses clients d’ici au 1er

Aides exceptionnelles à l’embauche d’alternants prolongées jusqu’à la fin de l’année 2022

Le nouveau ministre du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion, Olivier Dussopt, a annoncé le 24 mai, une prolongation…

La FDSEA et les JA auditionnent les futurs députés
À la veille des élections de juin, les candidats plaideront leur cause devant les agriculteurs le mercredi 8 juin à Montredon-…
Aide à l'alimentation animale : il reste 15 jours
Si votre poste alimentation dépasse 10% de vos charges et 3 000 €, vous pouvez demander cette nouvelle aide. Cette téléprocédure…
Les premiers échos de la moisson dans le Tarn
Peu de cultures semblent avoir résisté à la météo et les rendements sont très hétérogènes.
Les Z'Elles gaillacoises volent au secours du pigeonnier
Les vigneronnes du Gaillacois se mobilisent ces 10, 11 et 12 juin à Cadalen.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais