Aller au contenu principal

Utilitaires : avoir un véhicule multi-usages pour moins de 10 000 €, c'est possible !

Sans solution pratique et économique chez les constructeurs, Laurent Viguier a opté pour un châssis cabine il y a 6 ans. Il l'a fait équiper selon ses besoins pour les champs et l'atelier porcin.

«Je ne voulais pas un 4x4 de type pick-up !», se rappelle l'agriculteur de Saint-Agnan. Parmi les principaux critères pour choisir son utilitaire, celui-ci a le mérite d'être clair. Et les raisons de délaisser les pick-up sont aussi simples que pratiques : «les caisses de chargement sont hautes mais surtout peu pratiques. Pour charger des palettes, il faut faire attention aux passages de roues.» Le fourgon tollé ne répondait pas non plus à ses attentes. C'est donc un Transporter châssis cabine d'occasion qui a servi de base au projet, il y a 6 ans.

PRÉPARATION SUR-MESURE

L'agriculteur a fait appel à un carrossier spécialisé pour obtenir un équipement qu'il a voulu polyvalent et robuste. La plateforme est fixe avec trois ridelles mobiles pour charger et décharger sans contraintes. «Elle sert pour tout : palettes de semences, big-bag d'engrais, etc... Je charge des roues agricoles entières et il m'est aussi arrivé de transporter une trémie frontale de semoir et un lève-sac», détaille Laurent Viguier.

Un réservoir de 200 litres est placé entre les longerons. Il ne nécessite pas de manipulations et ne grève pas l'espace de chargement de la plateforme. Le ravitaillement des machines en GNR se fait grâce à la pompe électrique placée dans le coffre dos cabine. L'agriculteur apprécie ce rangement, notamment les caisses à outils qui ne sont pas sujettes aux va-et-vient.

POLYVALENCE

Le travail du carrossier (facturé 4 500 EUR) a laissé 1 080 kg de charge utile pour un PTAC de 3 tonnes. Le PTRA de 5,2 tonnes offre une capacité de remorquage confortable. «Je récupère les porcelets et transporte les cochons engraissés avec une remorque qui a elle aussi été faite sur-mesure», témoigne Laurent Viguier qui l'utilise aussi pour transporter des charges sur palette.

Le comportement sur route, à vide ou en charge, n'attire pas la critique. Malgré l'achat d'occasion à 140 000 km, l'agriculteur n'a eu aucune mauvaise surprise. C'est plutôt tout le contraire : «Les frais d'entretien sont contenus. Les pneumatiques, de type camionnette à profil routier, ont une très bonne longévité. Pourtant entre la conduite à bon rythme sur route et les chemins de terre, je ne les ménage pas.» La garde au sol, meilleure qu'un fourgon, est appréciée dans les chemins pendant la période d'irrigation. Il suffit d'être prudent dans les très fortes pentes si le sol est détrempé.

ESSAI TRANSFORME

Le seul accessoire rajouté par Laurent Viguier est un panneau d'escorte repliable qui sera bientôt rejoint par des gyrophares. Après 160 000 km au volant, il est difficile de formuler des reproches au porteur comme à l'aménagement : «J'en suis enchanté. Je vais commencer à chercher un deuxième pour préparer le renouvellement.» Une chose est sûre, l'agriculteur gardera le même concept. A la question «Pouvait-on faire mieux ?», une seule idée vient : rajouter un tiroir qui s'ouvrirait vers l'arrière entre les longerons. Si ce concept vous a inspiré ou si vous avez pensé une adaptation pour votre utilitaire, n'hésitez pas à contacter la rédaction du Paysan Tarnais pour partager votre réalisation !

F. Roussel

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

La famille Gayraud tourne la page de sa vie de concessionnaire
Après plus d’un demi-siècle passé à vendre des engins agricoles, la famille Gayraud se recentre sur ses magasins Espace Émeraude…
Un capteur connecté en test avec Caste Aliment
L’entreprise de Mirandol mène un projet pilote avec l’entreprise Nanolike chez un éleveur de poules pondeuses à Villemur-sur-Tarn…
La filière œufs recherche des éleveurs de poulettes
Virginie Rouillon, chef du marché Volailles chez Caste explique l’intérêt de cet atelier.
Opération séduction pour l'agneau tarnais dans les cantines du département
Les collégiens du département ont pu goûter l’agneau tarnais de qualité grâce à une opération de promotion portée par l’…
Le prix des terres ne connaît pas la crise en Occitanie
L’effet Covid a renforcé l’intérêt pour les terres de notre région. Mais, changement climatique oblige, le marché agricole se…
Les parlementaires à l'écoute de la FDO du Tarn
Les acteurs de la production ovine ont invité sénateurs et députés à Montredon-Labessonnié vendredi 28 mai. L’occasion d’échanger…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais