Aller au contenu principal

Vaches de réforme, un marché qui demande plus de qualité !

Le Paysan Tarnais du 2 décembre consacre un dossier complet à la filière des vaches de boucherie. La finition des animaux reste un grand enjeu.

© Le Paysan Tarnais

Sur le département, la grosse majorité des vaches de plus de 3 ans issues des élevages allaitants sont vendues en grande surface, sous forme d’unité vente consommateur (UVC) (morceaux à cuisson lente ou rapide, steaks hachés…). Les mieux conformées sont destinées à la boucherie traditionnelle. Les vaches laitières, elles, sont majoritairement transformées en steaks hachés. Toutes ces vaches sont commercialisées dans la région, quelques fois un peu plus loin en France. Mais de toute façon, elles alimentent uniquement le marché intérieur.

Même si au kg/carcasses, les vaches françaises restent mieux valorisées que les allemandes et les irlandaises, les niveaux de prix restent très bas. Trop bas en tout cas pour permettre aux éleveurs de sortir une marge. La chute de la consommation française et la concurrence des pays d’Amérique du Sud ont entraîné une dégringolade des cours. «Aujourd’hui, explique Gérard Sudries, éleveur et négociant en bestiaux, nous sommes arrivés à des prix tellement bas pour nos vaches que nous ne sommes même plus concurrencés par l’international. Rien qu’avec les coûts de transports, les vaches exportées arrivent plus chères que les nôtres.»

Dans ce contexte difficile pour les éleveurs bovins viande, les acheteurs sont en constante recherche de marchés porteurs de plus-value. La demande s’oriente de manière générale vers des animaux avec une bonne qualité de finition. «Il ne faut pas forcément des carcasses très lourdes, au contraire même» précise Didier Roussel, directeur d’Elvea. «Mais des bêtes vraiment bien finies». Une évolution qui, selon Jean-Pierre Fabre, éleveur et négociant à Fréjairolle, s’explique par la progression de la génétique des animaux. «Les bêtes ont de plus en plus de muscles. Pour que la viande soit savoureuse, il faut donc que la finition soit parfaite ! Mais voilà. Un bon engraissement, c’est 500 à 600 euros. Il faut que la trésorerie puisse suivre !»

Envie d'en savoir plus ? Lisez le Paysan Tarnais !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Les éleveurs tarnais en concours ce week-end à Saint-Gaudens
Au National limousin à Limoges où sur le ring des Pyrénéennes à Saint-Gaudens, la qualité des élevages tarnais sera bien…
La nouvelle carte de la zone vulnérable est sortie
Tout le nord et la moitié est du département sont désormais classés dans la nouvelle cartographie de la zone vulnérable…
Deux Tarnais en finale nationale de labours

Grâce à leurs belles prestations sur les terres du Gers lors de la finale régionale de labours, les Tarnais Romain Enjalran (…

Porc : une visite imminente d'inspecteurs chinois redoutée par les abattoirs français

Alors que l'Empire du milieu ralentit ses importations de viandes de porc pour tenter de stabiliser son marché intérieur, des…

Septembre sera placé sous le signe du don agricole
Les Journées nationales du don agricole organisées en Occitanie et dans toute la France en septembre.
Les JA régalent encore pour un soir à la ferme
La dernière soirée de la saison aura lieu ce samedi 4 septembre à Lempaut.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais