Aller au contenu principal

Eau
Varenne agricole : les enjeux d'un exercice serré

Trois groupes de travail, une feuille de route début 2022. Le calendrier du Varenne agricole lancé le 28 mai par les ministères de l’Agriculture et de la Transition écologique s’annonce serré.

© C. Saidou

“Engager une réflexion collective et construire des politiques durables pour la résilience du modèle agricole face aux aléas climatiques.” Telle est l’ambition du Varenne agricole de l’eau et de l’adaptation au changement climatique que le gouvernement a lancé, le 28 mai, pour les six mois à venir. Les travaux visent à identifier, avec l’ensemble des parties prenantes (agriculteurs, associations, ONG, élus…), des solutions concrètes et établir une feuille de route. «Notre objectif, c’est de clore le Varenne en janvier 2022», a déclaré Julien Denormandie.
L’officialisation de ce Varenne avait été faite par Emmanuel Macron le 18 mai lors d’une conférence sur la souveraineté alimentaire. Et c’est au jeune ministre de l’Agriculture qu’est revenue la tutelle de ce Varenne, dont il est à l’initiative et dont l’intitulé rappellera la rue où siège son ministère. Également à l’œuvre: la secrétaire d’État à la Biodiversité Bérangère Abba, qui est en charge de la politique de l’eau au ministère de la Transition écologique. Elle a invité les participants à «dessiner un modèle plus sobre et équilibré entre
ressources disponibles, besoins et usages».

Légitimer la prise de décisions

Au cœur de ce Varenne, l’accès aux ressources en eau. Un sujet qui cristallisera les débats dans un groupe de travail dédié. «J’ai demandé au ministre de mettre à plat […] tous les projets pour qu’on simplifie les règles et qu’on avance», avait déclaré le chef de l’État le 18 mai, rappelant la démarche de les intégrer «dans des projets de territoires». Sur ce dossier, le président avait semblé vouloir cibler plus particulièrement les petits projets. «Le projet de ce Varenne de l’eau va être de regarder tous les blocages que l’on a sur le territoire et de réussir à définir une méthodologie beaucoup plus rapide et faire sortir en particulier tous ces petits projets en quelques mois, et pas en 18, 24 et quelquefois plus, 36 mois», selon lui.
Un deuxième groupe se penchera sur la résilience de l’agriculture. Et un troisième sur la gestion des risques climatiques. Les trois groupes de travail commenceront donc à se réunir en juin pour un premier point d’étape en octobre et la présentation d’une feuille de route globale en janvier.
Mais pourquoi avoir intégré le dossier de la gestion des risques au Varenne, alors qu’il faisait déjà l’objet d’une consultation ? Ouvert en juin 2019 par l’ancien ministre de l’Agriculture Didier Guillaume, ce dossier avait déjà laissé entrevoir, fin avril, les solutions envisagées – ou envisageables – dans un rapport élaboré par le député Frédéric Descrozaille (LREM, Val-de-Marne). «La question de l’eau et celle de la gestion des risques sont absolument inséparables, on en a encore fait l’expérience récemment avec le gel», répond Frédéric Descrozaille, nommé co-pilote dudit groupe de travail dans ce Varenne. «Le changement climatique, et donc les risques sur les récoltes, mettent au centre la question de l’eau, puisqu’il est avéré que le climat se tropicalise en France. Dans la partie méditerranéenne jusqu’en Charente, on va se retrouver avec un climat qui ressemble au climat espagnol : avec plus d’eau à l’année, mais moins d’eau durant l’été dû à l’évapotranspiration.»

Des «sujets compliqués»

En voulant inclure dans ce Varenne tous les acteurs concernés, de près ou de loin, par les enjeux liés à l’eau et à la gestion des risques climatiques en agriculture, le gouvernement cherche à légitimer ses futurs arbitrages. «De manière qu’une fois que ses décisions [seront] prises […] elles ne soient pas attaquables et mises en péril, insécurisées par des procédures en justice, par des annulations de décision ou des reports qui font qu’il est absolument interminable de décider quoi que ce soit», résume le député.
Le Varenne aborde des «sujets compliqués, souvent sources de tensions», reconnaît Julien Denormandie. Pour calmer les débats, le ministre propose une méthode: «S’appuyer sur la science, afin de parvenir à des consensus et créer des visions partagées en dépassant toute posture.» «Privilégions la pensée à la posture», lance-t-il.
Les défenseurs de l’environnement comme les utilisateurs d’eau sont visés, mais aussi les agriculteurs. «Une posture consiste à dire : si je prélève de l’eau et que je la remets dans l’écosystème, cela n’a pas de conséquence sur le bassin versant.» Faux, répond Julien Denormandie. Les participants au Varenne sont invités à s’appuyer sur «l’innovation», «la connaissance scientifique». Leurs conclusions doivent reposer sur les analyses et hypothèses des experts reconnus dans les domaines du climat, de l’agronomie et de l’environnement. Autre principe avancé, l’écoute mutuelle.

Décret attendu

Ce chantier du stockage de l’eau a déjà des fondations. Closes en juin 2019, les Assises de l’eau ont donné élan à la mise en place d’une gestion collective et des règles de partage de l’eau, avec un objectif : réduire les prélèvements liés à tous les usages (domestiques, industriels et agricoles) de 10 % d’ici à 2025 et de 25 % d’ici à 2035. Elles conduisent à des actions pour accompagner les agriculteurs vers un usage sobre en eau, tripler le volume d’eaux réutilisées à l’horizon 2025, mener cinquante PTGE (Projets de territoire pour la gestion de l’eau) à l’horizon 2022, cent à l’horizon 2027.
Ces PTGE paraissent en bonne voie, d’après le ministère de la Transition écologique qui en recense quarante-trois adoptés et trente en cours de finalisation. Avec le ministère de l’Agriculture, il a pour cela mis en place fin 2020 une mission d’appui aux PTGE, composée aujourd’hui de sept ingénieurs à temps plein. Un décret sur la gestion quantitative de la ressource en eau et la gestion des situations de crise liées à la sécheresse doit par ailleurs être présenté le 16 juin en Conseil des ministres.
Dans le cadre du Varenne, le groupe de travail doit rendre ses conclusions début 2022. Il est piloté par le député Jean Launay (socialiste, Lot), président du CNE (Comité national de l’eau), et Luc Servant, président de la Chambre d’agriculture de Nouvelle-Aquitaine. La mission phare est d’identifier des voies de sécurisation des PTGE.
«Il y a nécessité d’accélérer ces PTGE», considère Bérangère Abba, appelant à «lever les freins» qui bloquent leur mise en œuvre. Un autre axe de travail concerne la mobilisation des gisements d’eau existants. Exemple de piste évoquée : la réutilisation des eaux usées traitées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Ail rose de Lautrec : une récolte 2021 compliquée
L’accès aux parcelles est difficile en raison des pluies de fin de printemps et de début d’été.
Le gel et les pluies ont affecté la récolte 2021
Les excès et le manque d’eau pour les céréales ont débouché sur une forte hétérogénéité des rendements. La cellule régionale d’…
Un site internet pour tout l'enseignement agricole tarnais
Le site www.enseignement-agricole-tarn.fr offre un portail unique sur tous les établissements et toutes les formations dispensées…
Delga et Ramond poursuivent leurs actions
Sans surprise suite aux derniers scrutins régionaux et départementaux, Carole Delga et Christophe Ramond ont été respectivement…
Première édition du salon Viti-Vini, Vici ! le 8 juillet
Un après-midi d’échanges et de démonstrations pour découvrir toutes les innovations.
Un soir à la ferme : les JA remettent le couvert
Le syndicat a présenté, son plan pour mettre les produits tarnais sous les feux de la rampe. 
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais