Aller au contenu principal

Vétérinaire et éleveur : une relation basée sur la confiance

Stephanie Gayraud est vétérinaire depuis 2014. Après un passage dans l’Aveyron à Naucelle, elle a intégré la clinique vétérinaire de Jarlard, située à côté du foirail.

© Grégory Blanc

«Etre une femme, quand on est vétérinaire, c’est assez facile, mais il faut d’abord faire ses preuves !» se souvient avec un sourire Stéphanie Gayraud. Elle qui travaille beaucoup au contact des éleveurs en a fait l’expérience. «On considère qu’on a moins de force alors il faut montrer qu’on a de la technique et qu’on peut nous faire confiance. En quelque sorte, il faut faire ses preuves.» Mais, comme le souligne Stéphanie Gayraud, ce n’est pas non plus le parcours du combattant. «Ca va très vite. Il suffit d’une intervention pour montrer qu’on a toutes les compétences et la technique. Ensuite, la confiance est acquise et tout se passe bien.» On parle beaucoup, depuis plusieurs années, de la féminisation de la profession. La jeune vétérinaire en est un exemple.

Une vocation

«J’ai toujours voulu être vétérinaire» se souvient la jeune femme en rigolant. Beaucoup de petites filles veulent devenir vétérinaire, c’est vrai… «J’ai grandi dans un milieu où il y avait beaucoup d’animaux, alors forcément !». Pour parvenir à son but, elle intègre l’école vétérinaire de Toulouse puis, diplôme en poche, travaille un an à Naucelle dans une clinique. «Je voulais rester proche de mes origines car je suis tarnaise et j’aime ce département.» Stéphanie Gayraud arrive ensuite à Albi, à la clinique du Jarlard. «Je cherchais une activité mixte, qui mêle les interventions sur les chiens ou les chats, mais aussi une activité rurale.» Côté contraintes, le métier est très prenant, avoue-t-elle. «Il y a des gardes, bien entendu. Dans l’Aveyron, elles étaient plus régulières car nous étions moins nombreux. Le métier est contraignant. Il est vrai que nous sommes parfois à l’extérieur toute la soirée ou tôt le matin.»

La vétérinaire travaille principalement, «en rural», avec des éleveurs bovin viande. «C’est une tendance de fond. Auparavant, c’était assez équilibré entre les élevages bovin viande et bovin lait, mais l’élevage se transforme progressivement.» Stephanie Gayraud se déplace sur un secteur géographique qui va d’Alban à Mailhoc et de Carlus à Rosières ou Carmaux.

«Le dialogue avec les éleveurs est primordial»

Ce qui plait beaucoup à la jeune vétérinaire, c’est la relation qui se noue avec les éleveurs. «Tout est basé sur la confiance. On discute beaucoup plus qu’avec les propriétaires de chiens ou de chats qui viennent à la clinique. Derrière la relation avec les éleveurs, il y a de nombreux aspects, comme la vie de leur exploitation, leur situation économique ou personnelle.» Vétérinaire en milieu rural, c’est aussi avoir de la réactivité. «Lorsqu’on travaille avec les éleveurs, il ne peut pas y avoir de délai d’attente. Il faut choisir et proposer le bon traitement, pour ne pas pénaliser l’activité de l’élevage. C’est cela qu’ils attendent et c’est tout à fait normal.» Stéphanie Gayraud rencontre différentes pathologies sur les élevages avec quelques unes qui sont plus régulières : diarrhées des veaux, présence de corps étrangers ingérés, fièvre de lait, et bien sûr une activité obstétrique importante.

Echanger entre collègues

La vétérinaire est aujourd’hui épanouie dans son métier. «A la sortie de l’école, on s’aperçoit qu’on a surtout fait cinq années avec beaucoup de théorie et que le métier doit aussi s’apprendre sur le terrain. Il est donc important d’avoir des collègues avec nous pour discuter des cas que nous rencontrons. C’est très fréquent et ça apporte beaucoup surtout quand on débute. On échange entre collègue.» Tout l’intérêt de travailler au sein d’une clinique. «Comme pour les gardes, qu’on peut se partager, ce qui n’est pas négligeable !».

A.RENAULT


Retrouvez l'intégralité du dossier sur le métier de vétérinaire dans l'édition en ligne

Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Lait : en manque de visibilité, Sodiaal fixe le prix du lait à 420 €/1000 l pour 3 mois

En manque de visibilité sur la capacité de la coopérative à répercuter l’inflation sur ses clients d’ici au 1er

La FDSEA et les JA auditionnent les futurs députés
À la veille des élections de juin, les candidats plaideront leur cause devant les agriculteurs le mercredi 8 juin à Montredon-…
Aide à l'alimentation animale : il reste 15 jours
Si votre poste alimentation dépasse 10% de vos charges et 3 000 €, vous pouvez demander cette nouvelle aide. Cette téléprocédure…
Les Z'Elles gaillacoises volent au secours du pigeonnier
Les vigneronnes du Gaillacois se mobilisent ces 10, 11 et 12 juin à Cadalen.
Aides exceptionnelles à l’embauche d’alternants prolongées jusqu’à la fin de l’année 2022

Le nouveau ministre du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion, Olivier Dussopt, a annoncé le 24 mai, une prolongation…

2021, une année sombre pour les producteurs d'ail rose
Réuni en assemblée générale le 31 mai à Vénès, le syndicat de défense du label rouge et de l’IGP veut croire en des jours…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais