Aller au contenu principal

Vinovalie présente sa stratégie autour du site des Portes du Tarn à Saint Sulpice

Vendredi 24 février s'est tenue l'assemblée générale de Vinovalie à l'espace socio-culturel de Brens. Au coeur des débats bien-sûr, le nouveau site à St-Sulpice et des projets associés.

© Corr. Y. Tayac

Plus de 150 personnes ont répondu présent à l'invitation de Vinovalie pour son assemblée générale, le 24 février dernier à Brens. Au-delà des éléments de bilan d'activités, une large part de cette assemblée générale a été consacrée aux projets en cours, et à venir, notamment l'installation du site des Portes du Tarn à Saint Sulpice. «Cette année aura été marquée par de nombreuses tracasseries juridiques et administratives. Le projet de construction du nouveau site de St-Sulpice a essuyé toutes les embuches administratives et bancaires auxquelles tout projet dans ce pays semble soumis», souligne Jacques Tranier, le directeur de la structure.

«Biovalie 2025», nouvelle stratégie Vinovalie en 7 axes

Cette stratégie sera développée en parallèle du nouveau site des portes du Tarn. Elle s'appuie sur 7 axes de travail majeur, sur un horizon de 8 années. Sur le thème de la biodiversité, Vinovalie va créer un conservatoire des cépages originaires du Sud-ouest qui, pour la plupart, ont disparu. Pour cela, 37 cépages différents, avec 350 pieds de chaque cépage, seront plantés sur 2 hectares autour du site de St-Sulpice. «Un micro-chai de vinification sera adossé au conservatoire, afin de créer des micro-cuvées de chaque cépage et de pouvoir les déguster», explique Jacques Tranier.

L'écologie de la plante est aussi un sujet de travail pour Vinovalie. Biocontrôles, nouvelles pratiques, nouveaux types de traitements, nouveaux matériels, démarche agriconfiance... Un vaste plan d'expériences va être mis en place afin de tester de multiples pratiques culturales et techniques respectueuses de l'environnement. Tout une réflexion est aussi amorcée autour des tâches ingrates, répétitives et pénibles de la conduite d'un vignoble. La taille des vignes ou encore le désherbage manuel sont des tâches essentielles à la qualité des vins. Vinovalie veut explorer la robotisation de ces tâches afin de favoriser le bien-être au travail. C'est pourquoi la coopérative a renforcé son activité dans la recherche et le développement, avec la création de la filiale Vinovalie R&D en septembre 2016.

Le maintien de l'outil de production est un autre enjeu majeur pour l'avenir. «Devenir vigneron» c'est l'intitulé de la commission Jeunes qui permet d'aider les générations futures à s'installer, car pour Vinovalie le métier de vigneron n'est pas qu'une affaire de transmission patrimoniale. «Nous donnons ainsi l'opportunité aux jeunes de toutes origines sociales intéressés par le métier de la vigne, de s'installer plus facilement. L'investissement d'achat de terres de vignes et le matériel est un frein à l'accès au métier. Nous offrons un dispositif complet d'encadrement tout au long du processus d'installation, de l'expertise du projet à l'accompagnement au financement », ajoute Jacques Tranier.

Vinovalie va également lancer une nouvelle gamme de vins sans sulfites ajoutés, la gamme «sans culotte», faisant référence aux révolutionnaires, afin de s'ouvrir aux nouveaux modes de consommation. Enfin, dans le même souci de répondre aux attentes des consommateurs, Vinovalie mise sur la transparence du métier, de la vigne à la bouteille, par le biais du nouveau site des portes du Tarn. Le visiteur sera transporté dans l'univers de Vinovalie. Le dernier engagement du plan d'actions Biovalie 2025 porte sur l'amélioration du bilan Carbone. «Nous avons pour objectif de réduire de 3500 m3 notre consommation d'eau, nous souhaitons diviser par 2 notre utilisation de papier, sur le nouveau site des moteurs électriques aux normes IE4 ont été choisi et bien d'autres directives comme celles-ci seront appliquées dans un souci d'une démarche RSE (responsabilité sociétale et environnementale)», conclut Jacques Tranier.

Corr. Y. Tayac

Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Julien Denormandie à l'écoute de la ferme Tarn
Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a passé une journée complète dans le Tarn, vendredi 14 janvier. Pas de grandes…
Pac 2023 : après 67 ans, l'agriculteur choisira entre aide Pac et retraite

Comme cela était pressenti, le ministre de l'Agriculture a finalement ouvert davantage que cela était prévu en septembre la…

Toujours plus de bouches à nourrir dans le Tarn
Avec 5 933 185 habitants au 1er janvier 2019, l’Occitanie est la 5e région de France la plus…
Le lycée de Flamarens accueille les 17èmes Ovinpiades
Le 20 janvier, 62 jeunes élèves de 12 établissements agricoles de la région vont tenter de décrocher leur ticket pour la finale…
Bilan hydrologique : l'année 2021 dans la moyenne
De l’hiver à l’automne, les épisodes de tension sur le Tarn se sont fait rares mais assez intenses. Voici ce qu’il faut retenir…
Le Département veut aller plus vite avec ambition et audace
Le Président du Conseil départemental, Christophe Ramond, a présenté ses vœux à la presse pour 2022. Cap sur les investissements…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais