Aller au contenu principal

Filière
Alexandre Boulous : «Le blé dur a permis le développement de mon exploitation !»

Le Paysan Tarnais consacre cette semaine son dossier à la filière blé dur. Retour sur le témoignage d'Alexandre Boulous, producteur de grandes cultures à Castelnau-de-Montmiral. Depuis de nombreuses années sur l'exploitation, on produit du blé dur.

Pour Alexandre Boulous, conserver le blé dur dans son assolement, "c’est un pari sur le moyen terme".
Pour Alexandre Boulous, conserver le blé dur dans son assolement, "c’est un pari sur le moyen terme".
© Le Paysan Tarnais

Chez les Boulous, à Castelnau-de-Montmiral, on fait du blé dur depuis des années. Et ce n’est pas Alexandre, qui est aujourd’hui exploitant des 150 ha de grandes cultures, qui va changer d’orientation. «Déjà, c’est une culture qui me plaît. Et puis, elle a une place stratégique sur l’exploitation. De par sa forte valeur ajoutée, le blé dur nous a permis de nous développer régulièrement et d’avoir des bonnes références historiques pour les DPU notamment. Pour moi, conserver cette culture malgré le manque de perspectives, c’est un pari sur le moyen terme.»

 

Chaque année, l’assolement d’Alexandre Boulous compte 50 ha de blé dur, soit en moyenne, environ 300 tonnes à commercialiser. «En général, j’en vends une partie avant la récolte. Cela permet d’avoir un apport de trésorerie en début de récolte. Par contre, comme on ne connaît pas encore la qualité définitive du produit, il ne faut pas trop jouer. Si on s’engage trop et que la qualité n’est pas au rendez-vous, les conséquences financières peuvent être lourdes. On peut avoir des pénalités sur le prix payé ou encore devoir fournir la marchandise promise.»

 

Il faut quand-même arriver à évaluer un minimum le produit à venir pour pouvoir négocier les prix. Pour cela, Alexandre Boulous se base sur le potentiel physique. «Mais ce n’est pas toujours très précis. Cette année, par exemple, on a eu pas mal de verse. On a eu peur que la fusariose se mette dans l’épi et qu’on ait des impacts importants sur la qualité (mycotoxine ou don). On n’en a donc pas vendu avant récolte. Et finalement, on aurait pu : on en a fait partir à la fin de la récolte vu que le potentiel était bon ! Ce n’est jamais simple à gérer ces transactions, mais il faut savoir prendre le bon. Quand c’est vendu, c’est vendu. L’important, c’est de ne pas vendre à perte.»



Envie d'en savoir plus ? Lisez le Paysan Tarnais !
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Lait : en manque de visibilité, Sodiaal fixe le prix du lait à 420 €/1000 l pour 3 mois

En manque de visibilité sur la capacité de la coopérative à répercuter l’inflation sur ses clients d’ici au 1er

Aides exceptionnelles à l’embauche d’alternants prolongées jusqu’à la fin de l’année 2022

Le nouveau ministre du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion, Olivier Dussopt, a annoncé le 24 mai, une prolongation…

La FDSEA et les JA auditionnent les futurs députés
À la veille des élections de juin, les candidats plaideront leur cause devant les agriculteurs le mercredi 8 juin à Montredon-…
Aide à l'alimentation animale : il reste 15 jours
Si votre poste alimentation dépasse 10% de vos charges et 3 000 €, vous pouvez demander cette nouvelle aide. Cette téléprocédure…
Les premiers échos de la moisson dans le Tarn
Peu de cultures semblent avoir résisté à la météo et les rendements sont très hétérogènes.
Les Z'Elles gaillacoises volent au secours du pigeonnier
Les vigneronnes du Gaillacois se mobilisent ces 10, 11 et 12 juin à Cadalen.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais