Aller au contenu principal

Alinéa continue d’attirer des producteurs d’ail et optimise la commercialisation

Les assemblées de sections d’Alinéa se sont déroulées à Beaumont sur Lectoure et Lautrec, pour faire le point sur la campagne 2015-2016, marquée par une augmentation du nombre d’adhérents.

Pour la campagne 2016-2017, les volumes progressent et les débouchés sont toujours au rendez-vous. De 600 à 700 tonnes depuis quelques années, la production devrait augmenter à un peu plus de 1000 tonnes cette année.
Pour la campagne 2016-2017, les volumes progressent et les débouchés sont toujours au rendez-vous. De 600 à 700 tonnes depuis quelques années, la production devrait augmenter à un peu plus de 1000 tonnes cette année.
© Le Paysan Tarnais

Chaque année, les assemblées de section de la coopérative Alinéa se déroulent quelques jours avant l’assemblée générale plénière, qui se déroulera cette année le 25 novembre à Labastide-Saint-Pierre (82). L’occasion de faire un point sur la campagne qui s’est terminée au 31 mai 2016.

La coopérative Alinéa est spécialisée dans la production d’échalotes, d’oignons et d’ail. Filiale d’Alinéa, Top Alliance est une structure entièrement dédiée à la commercialisation. Elle intervient auprès de la grande distribution (80% de l’activité), des grossistes et de la restauration hors foyer (10%) et à l’export (10%).

Bilan d’activités par production

• Echalotes

Malgré de bonnes conditions de récolte, l’année dernière, et une bonne qualité, la production attire de moins en moins. Il faut dire que face au modèle breton (gros producteur d’échalotes), il est difficile de valoriser localement la production. Pourtant les prix sont plutôt orientés à la hausse.

• Oignons

L’année 2015-2016 a été marquée par de bonnes conditions de récolte, comme en échalotes, avec une qualité et une conservation au rendez-vous. Sur Lautrec, l’oignon doux est bien développé. Des essais de production en oignons blanc et rouge sont également menés sur notre département, avec de bons résultats commerciaux, notamment sur les produits primeurs en botte. Les prix, quant à eux, sont restés stables sur l’exercice passé.

• Ail blanc

Pour la campagne 2015-2016, les volumes ont baissé par manque de calibre, ce qui lui a conféré une qualité exceptionnelle. Une bonne année, donc sur ce point, en comparaison des années précédentes où la qualité était moindre. Les prix payés aux adhérents ont augmenté de 50 à 60 centimes d’euros, ce qui laisse espérer une stabilisation de cette culture au sein des exploitations.

• Ail violet

La coopérative manque toujours de volume, ceci étant lié notamment à l’obtention en décembre 2015 de l’AOC ail violet de Cadours. La de-mande a ainsi augmenté sur cette gamme et le développement des marchés en ail violet se confirme cette année, la coopérative bénéficiant d’une bonne visibilité, de son savoir-faire et de son positionnement sur l’ail rose de Lautrec et l’ail blanc de Lomagne, deux productions sous signe officiels de qualité. Le marché de niche de l’ail violet de Cadours promet donc de belles évolutions.

• Ail rose

La campagne passée fut mitigée, à la fois en qualité et en prix. Les calibres ont été réduits par rapport aux années précédentes, mais le tonnage est resté stable, notamment grâce à l’arrivée de nouveaux producteurs, qui ont adhéré à la coopérative. La demande en ail rose est constante, notamment pour l’IGP et le Label rouge ail rose de Lautrec.

A noter que pour la campagne 2016-2017, les volumes progressent et les débouchés sont toujours au rendez-vous. De 600 à 700 tonnes depuis quelques années, la production de-vrait augmenter à un peu plus de 1 000 tonnes cette année.

Autre élément remarquable, l’étalement de la commercialisation, qui représente un réel atout commercial. L’ail rose est en effet désormais présent jusqu’en février-mars, quand il n’y a plus que de l’ail d’import sur les étals, ce qui permet de valoriser toute la production.

Pour ce qui est des conditionnements, les dirigeants d’Alinéa ont mis en avant l’augmentation des volumes d’ail rose de Lautrec en grappe (75 tonnes en 2015-2016 contre 44 tonnes en 2014-2015). Pour les plateaux et corbeilles, les tonnages restent stables.

A. Renault

 

Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Julien Denormandie à l'écoute de la ferme Tarn
Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a passé une journée complète dans le Tarn, vendredi 14 janvier. Pas de grandes…
Pac 2023 : après 67 ans, l'agriculteur choisira entre aide Pac et retraite

Comme cela était pressenti, le ministre de l'Agriculture a finalement ouvert davantage que cela était prévu en septembre la…

Le lycée de Flamarens accueille les 17èmes Ovinpiades
Le 20 janvier, 62 jeunes élèves de 12 établissements agricoles de la région vont tenter de décrocher leur ticket pour la finale…
Toujours plus de bouches à nourrir dans le Tarn
Avec 5 933 185 habitants au 1er janvier 2019, l’Occitanie est la 5e région de France la plus…
Bilan hydrologique : l'année 2021 dans la moyenne
De l’hiver à l’automne, les épisodes de tension sur le Tarn se sont fait rares mais assez intenses. Voici ce qu’il faut retenir…
Loup : tirs de défense, une priorité pour la FDSEA
Deux élevages ovins d’Anglès ont été visités par la préfète et les représentants de la profession pour organiser la lutte contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais