Aller au contenu principal

De beaux agneaux bien valorisés par le desaisonnement

Le Paysan Tarnais a rencontré Romain, Jeannine et Christian Tarroux. Ces éleveurs ovins viande sont à la tête d’un troupeau d’un peu de plus de 400 brebis et d’un atelier d’engraissement d’agneaux. Présentation de leur exploitation.

Romain et Christian Tarroux : "Nous nous efforçons d’avoir des agneaux à vendre toute l’année !"
Romain et Christian Tarroux : "Nous nous efforçons d’avoir des agneaux à vendre toute l’année !"
© Le Paysan Tarnais

Romain, Jeanine et Christian Tarroux sont éleveurs ovins viande à Saint-Cirgue. Ils gèrent un troupeau de 440 brebis et un atelier d’engraissement, qui compte deux bandes de 800 agneaux par an. Avec une marge brute de 129,65 € par brebis présente, le Gaec de Garceval se situe au dessus de la moyenne départementale (cf. ci-contre). Principales raisons à ces résultats : une bonne productivité et des agneaux bien valorisés. «Nous nous efforçons d’avoir des agneaux à vendre toute l’année. Nous étalons au maximum la production en désaisonnant. Pour que ça marche le mieux possible, nous utilisons des béliers de race Berrichon du Cher. Notre renouvellement est également adapté au désaisonnement. Nous achetons chaque année, une centaine d’agnelles de printemps, nées en mars / avril que nous rentrons en juin / juillet. Nous les inséminons en janvier, en même temps que 50 à 80 brebis vides. Leurs agneaux sont ensuite vendus en septembre / octobre, en pleine contre-saison.»

 

A partir de là, le principe est simple : dès que les agneaux sont vendus, les brebis sont remises à la lutte, soit entre 2,5 et 3 mois après l’agnelage. Une accélération du cycle qui permet de réaliser 3 agnelages en deux ans (cf. schéma ci-dessous). Ce système de reproduction «accéléré» associé à une race prolifique, la race Lacaune de souche Ovitest, permet aux Tarroux d’obtenir un bon niveau de productivité. «Ce n’est pas du 3 en 2 systématique, mais on s’en approche. En 2014, chacune de nos brebis a agnelé en moyenne 1,14 fois.» A part pour le lot de début janvier, les éleveurs ont uniquement recours à la monte naturelle. Les béliers sont laissés 2 mois avec les brebis. Une période longue, qui permet de gérer les éventuelles retardataires. Mais qui, du coup, allonge les périodes d’agnelage et étale donc la production des agneaux. «Au final, on arrive à livrer des agneaux chaque semaine à Unicor. Avec le croisement avec le Berrichon du Cher, nous avons des agneaux lourds. Nous sommes à un poids moyen de 18,3 kg, ce qui nous permet d’avoir une rémunération intéressante. Avec l’achat du renouvellement, nous n’avons pas d’agneau en pure race à vendre. Les démarches qualités ont aussi leur importance sur notre exploitation.»



Envie d'en savoir plus ? Lisez le Paysan Tarnais !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Le Tarn s'affiche en grand au SIA

Le Président du département, Christophe Ramond, et les équipes de Tarn Attractivité ont présenté le Bistrotarn édition 2024…

Théo Vergely, sur les traces du père

S’il est officiellement installé depuis le 1er février, Théo Vergely, 21 ans, parcourt l’exploitation familiale depuis son…

À Gaillac, la FDSEA et les JA poursuivent la mobilisation

Les agriculteurs tarnais se sont retrouvés le 17 février sur la place de la mairie pour montrer une nouvelle fois leur…

En 2024, la FDSEA veut remettre les têtes à l'endroit

L’assemblée générale du syndicat s’est logiquement concentrée autour des actions de 2023 mais aussi les sujets qu’il faudra…

Les producteurs tarnais régalent les visiteurs au SIA

Le BistroTarn fête ses 10 ans cette année, autour des produits emblématiques tarnais. Des produits encore une fois récompensés…

Le préfet à l'écoute des éleveurs ovins tarnais

Dans la zone de la Montagne noire, la prédation est un sujet qui préoccupe grandement les agriculteurs tarnais. Et les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 96€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais