Aller au contenu principal

Safran
Des tonnes de travail pour des grammes d'or rouge

Lancés en 2004 à Montredon, Eve et Yves Boismartel ont déplacé leurs bulbes à Roquecourbe l’an dernier. Leur métier nécessite de la précision et de la rigueur surtout au moment de la récolte.

Impossible à mécaniser et à synthétiser en laboratoire, la culture demande un temps de travail inouï comparé au rendement par mètre carré. Délaissée au fil des siècles, la safraniculture pesait autrefois très lourd dans l’économie tarnaise. «Un écrit de 1759 fait état de la mauvaise récolte de 1754 avec 10 tonnes récoltées !», annonce Eve Boismartel. Une montagne, si l’on compare ce chiffre aux 400 g récoltés dans une bonne année par le couple de cultivateurs professionnels. «Beaucoup de familles avaient un petit carré de bulbes à l’époque car à l’automne, au moment de la récolte, il y avait beaucoup d’autres travaux des champs. Mais la somme de toutes ces productions était importante», précise l’ancienne assistante sociale. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Les brebis en prison, les loups en liberté
L’Etat a dit que le loup était compatible avec l’élevage. “A vous de gérer M. le Préfet” préviennent les éleveurs tarnais, lors…
La coopérative Celia s'investit dans le Tarn
La société coopérative agricole de bétail a acquis le Domaine de la Verrerie à Blaye-les-Mines. L’assemblée générale de sa…
Prévention et retraite au cœur des débats
Réunis en assemblée générale à Cap Découverte dans le Carmausin, les délégués territoriaux de la MSA MPN sont revenus sur l’…
Le concours des vins du Gaillac reprend ses bonnes habitudes
Après deux années contrariées par la pandémie de covid, le concours des vins de Gaillac et du Tarn a repris ses quartiers à la…
Le préfet à la rencontre des arboriculteurs
Jeudi dernier aux Vergers de Penne, le représentant de l’État, François-Xavier Lauch, a pleinement mesuré les conséquences des…
Merci Asat, bonjour La ferme tarnaise sur votre table !
Au sein de leur nouvelle association, les producteurs préparent l’ouverture des casiers connectés.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais