Aller au contenu principal

Safran
Des tonnes de travail pour des grammes d'or rouge

Lancés en 2004 à Montredon, Eve et Yves Boismartel ont déplacé leurs bulbes à Roquecourbe l’an dernier. Leur métier nécessite de la précision et de la rigueur surtout au moment de la récolte.

Impossible à mécaniser et à synthétiser en laboratoire, la culture demande un temps de travail inouï comparé au rendement par mètre carré. Délaissée au fil des siècles, la safraniculture pesait autrefois très lourd dans l’économie tarnaise. «Un écrit de 1759 fait état de la mauvaise récolte de 1754 avec 10 tonnes récoltées !», annonce Eve Boismartel. Une montagne, si l’on compare ce chiffre aux 400 g récoltés dans une bonne année par le couple de cultivateurs professionnels. «Beaucoup de familles avaient un petit carré de bulbes à l’époque car à l’automne, au moment de la récolte, il y avait beaucoup d’autres travaux des champs. Mais la somme de toutes ces productions était importante», précise l’ancienne assistante sociale. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Les éleveurs tarnais en concours ce week-end à Saint-Gaudens
Au National limousin à Limoges où sur le ring des Pyrénéennes à Saint-Gaudens, la qualité des élevages tarnais sera bien…
La nouvelle carte de la zone vulnérable est sortie
Tout le nord et la moitié est du département sont désormais classés dans la nouvelle cartographie de la zone vulnérable…
Deux Tarnais en finale nationale de labours

Grâce à leurs belles prestations sur les terres du Gers lors de la finale régionale de labours, les Tarnais Romain Enjalran (…

Septembre sera placé sous le signe du don agricole
Les Journées nationales du don agricole organisées en Occitanie et dans toute la France en septembre.
Porc : une visite imminente d'inspecteurs chinois redoutée par les abattoirs français

Alors que l'Empire du milieu ralentit ses importations de viandes de porc pour tenter de stabiliser son marché intérieur, des…

Les JA régalent encore pour un soir à la ferme
La dernière soirée de la saison aura lieu ce samedi 4 septembre à Lempaut.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais