Aller au contenu principal

Groupement ovins : Jean-Paul Eche se retire et passe la main à Marc Rolland

Assemblée générale particulière pour le groupement d’Arterris, mercredi 14 novembre. Jean-Paul Eche, président depuis 2007 a notifié son départ, annonciateur de sa future retraite.

© Le Paysan Tarnais

Le groupement ovins d’Arterris a tenu son assemblée générale ce mercredi 14 novembre au Gamm’Vert d’Albi. Une réunion à la saveur particulière puisque c’était la dernière de Jean-Paul Eche en tant que président. À la tête de ce groupement depuis 2007, l’éleveur de Souel qui fêtera bientôt ses 61 ans, passe le flambeau à Marc Rolland, installé depuis 1995 à Montredon-Labessonnié.

Avant cette passation de pouvoir qui sera entérinée lors de l’assemblée générale d’Arterris début décembre, le groupement ovins est revenu sur son activité de l’année. Alors que le nombre d’agneaux commercialisés sous le label rouge Agneaux fermiers des pays d’Oc se stabilise à un peu plus de 29 000 têtes, le nombre d’agneaux sous la mère continue de baisser pour atteindre le chiffre de 44 776, contre 47 021 lors de la campagne précédente. «On était à 70 000 quand j’ai débuté ! C’est un regret d’avoir vu cette production baisser à cause de la disparition des petits troupeaux, reconnaît Jean-Paul Eche. C’est vrai que cet élevage demande une charge très importante, ne serait-ce que pour les agnelages…» En parallèle, le nombre d’agneaux sevrés destinés à l’engraissement progresse à 156 875 contre 142 496 l’an dernier. Ces animaux permettent de valoriser les céréales des producteurs mais sont commercialisés en tant qu’agneaux basiques, non labellisés.

Pas de changement notable en ce qui concerne le prix de l’agneau labellisé, qui oscille entre 6€ et 6,7€ le kg en fonction des périodes de l’année. «Cela nous donne un tarif de 9€ en boucherie, ce qui est la limite car il faut ensuite multiplier par 2,2 ou 2,3 pour le prix payé par le consommateur, note Éric Lagarde, responsable qualité de l’agneau fermier des pays d’Oc. Le problème c’est que les peaux ne se vendent plus. La Chine, qui en était grosse demandeuse, n’en achète plus et on se retrouve avec un stock mondial de peaux énorme qui n’a plus aucune valeur. Ce qui était une source de revenus devient une charge de stockage. Et ce manque à gagner se retrouve forcément sur les prix payés aux producteurs.»

Les caisses de péréquation fonctionnent bien pour inciter les éleveurs à mener des agnelages au cœur de l’été afin de pouvoir approvisionner le marché à longueur d’année. «Il y a 25 ans, au tout début du label, une clause stipulait qu’il n’y aurait pas d’agneaux en octobre et novembre, rappelle Éric Lagarde. C’était accepté à l’époque, mais c’est impensable aujourd’hui. Les bouchers et GMS veulent de l’agneau à longueur d’année.»

L’enjeu primordial aux yeux du groupement est désormais de redonner une dynamique au label face à la «déferlante de la consommation locale», selon les termes de Jean-Paul Eche. «Ce local n’est pas forcément synonyme de qualité alors que nous, nous répondons à un cahier des charges, souligne-t-il. Il nous faudra mener des actions pour communiquer là-dessus ainsi que sur le bien-être animal et sur notre métier dans les fermes», annonce-t-il comme un message laissé à son successeur.

D. MONNERY

 

 

 

Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

La famille Gayraud tourne la page de sa vie de concessionnaire
Après plus d’un demi-siècle passé à vendre des engins agricoles, la famille Gayraud se recentre sur ses magasins Espace Émeraude…
Un capteur connecté en test avec Caste Aliment
L’entreprise de Mirandol mène un projet pilote avec l’entreprise Nanolike chez un éleveur de poules pondeuses à Villemur-sur-Tarn…
La filière œufs recherche des éleveurs de poulettes
Virginie Rouillon, chef du marché Volailles chez Caste explique l’intérêt de cet atelier.
Vous avez jusqu'au 30 juin pour enregistrer les heures de DIF
Les heures cumulées sur le compte DIF et non utilisées sont transférables sur le compte personnel de formation (CPF) jusqu’au 30…
Le prix des terres ne connaît pas la crise en Occitanie
L’effet Covid a renforcé l’intérêt pour les terres de notre région. Mais, changement climatique oblige, le marché agricole se…
Opération séduction pour l'agneau tarnais dans les cantines du département
Les collégiens du département ont pu goûter l’agneau tarnais de qualité grâce à une opération de promotion portée par l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais