Aller au contenu principal

Les producteurs d’ail rose de Lautrec s’inquiètent des conséquences de la fusariose

La fusariose de l’ail touche cette année encore la production tarnaise. La problématique fusariose est préoccupante pour plusieurs raisons. Les producteurs sont inquiets. Où en est-on aujourd’hui ?

© Le Paysan Tarnais

Depuis plusieurs années, la fusariose est présente en production d’ail et de manière plus significative dans le Tarn et la Drôme. Les campagnes précédentes ont été marquées par la maladie, plus ou moins présentes, et ceci indépendamment des conditions au moment de la récolte ou au séchage. D’où les inquiétudes grandissantes de toute la filière, d'une part car elle occasionne des pertes significatives pour le producteur, et d'autre part car elle porte atteinte à l'image du produit.

Qu’est ce que la fusariose de l’ail ?

La fusariose de l'ail est une maladie tellurique, au même titre que la maladie du café au lait, la pourriture blanche ou encore la suie de l'ail. Elle est associée à un complexe de champignons du genre Fusarium, parmi lesquels Fusarium oxysporum, Fusarium culmorum et Fusarium proliferatum. La maladie de la fusariose en production d'ail a été signalée dans de nombreux pays d'Europe (Espagne, Italie...), mais aussi en Argentine, Etats-Unis, au Canada ou encore en Inde. C’est une maladie récente, causée par des champignons aux spécificités très complexes (plantes hôtes, degrés d’agressivité…). La fusariose est une maladie présente sur de nombreuses autres cultures (maïs, melon, asperge, tomate…) mais les connaissances acquises pour un type de Fusarium ne sont pas transférables à un autre type de Fusarium. Malheureusement, il n'existe actuellement que très peu de connaissances sur la maladie en culture d’ail et à ce jour, il n'existe aucun produit de lutte.

Les actions entreprises

Afin de limiter l’impact de la maladie, la filière ail travaille en lien étroit avec le CEFEL dans le cadre de son programme d’expérimentation régional. Des essais ont été mis en place pour tester l’efficacité de plusieurs produits chimiques de synthèse et agents de biocontrôle. Des essais comparant plusieurs techniques de séchage et de stockage sont également menés depuis la récolte 2015. L’objectif est de pouvoir établir des préconisations en termes de prophylaxie à mettre en œuvre pour limiter l’expression des symptômes.

Au niveau local, les acteurs de la filière ont participé à la mise en place d’un dispositif d’expérimentation national permettant de coordonner les travaux et de partager les connaissances acquises au sein des différents bassins de production.

La recherche scientifique étant indispensable, le Syndicat de l’Ail Rose de Lautrec a également opéré un rapprochement avec Prosemail pour construire un projet de thèse sur trois ans. Une cotisation exceptionnelle a été votée par les producteurs d’Ail Rose de Lautrec le 23 mai dernier pour financer une partie de ce projet, qui débutera dans les prochaines semaines.

Les producteurs sont mobilisés et la dernière réunion qui s’est déroulée le 19 septembre à Saint Genest de Contest, à l’initiative du Syndicat de l’Ail Rose de Lautrec, démontre l’inquiétude mais aussi le souhait d’avancer rapidement et de réagir pour préserver l’économie générée par cette production emblématique du Tarn.

Les organisations professionnelles agricoles finalisent un accompagnement des producteurs. Nous reviendrons sur ce point dans une prochaine édition du Paysan Tarnais.

A. Renault et A-L Fuschien

Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Comment repérer les symptômes ?

Les symptômes de fusariose apparaissent au cours du stockage : ramollissement du ou des caïeux, décoloration brune qui se propage petit à petit, développement éventuel d'un mycélium blanc, nécroses, apparition de «cavités». La maladie peut être observée sur seulement quelques grains, ou sur la totalité du bulbe.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Bilan hydrologique : l'année 2021 dans la moyenne
De l’hiver à l’automne, les épisodes de tension sur le Tarn se sont fait rares mais assez intenses. Voici ce qu’il faut retenir…
Toujours plus de bouches à nourrir dans le Tarn
Avec 5 933 185 habitants au 1er janvier 2019, l’Occitanie est la 5e région de France la plus…
Pac 2023 : après 67 ans, l'agriculteur choisira entre aide Pac et retraite

Comme cela était pressenti, le ministre de l'Agriculture a finalement ouvert davantage que cela était prévu en septembre la…

Le lycée de Flamarens accueille les 17èmes Ovinpiades
Le 20 janvier, 62 jeunes élèves de 12 établissements agricoles de la région vont tenter de décrocher leur ticket pour la finale…
Le Département veut aller plus vite avec ambition et audace
Le Président du Conseil départemental, Christophe Ramond, a présenté ses vœux à la presse pour 2022. Cap sur les investissements…
Loup : 2022 ne devra pas ressembler à 2021 !
Les constats de présence ont été multipliés par dix l’an dernier, dans le Sud-Est du département.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais