Aller au contenu principal

Les salaisons de Lacaune jouent la carte du chic pour développer leur notoriété

Le syndicat des salaisons de Lacaune a présenté la nouvelle communication qui doit lui permettre de faire fructifier l'obtention de son IGP pour ses jambons, saucisses et saucissons.

L'opération séduction est en marche ! Le syndicat des salaisons de Lacaune compte bien tirer profit de l'obtention de son IGP (indication géographique protégée) et développer la notoriété de ses produits auprès des consommateurs. Il a ainsi présenté le jeudi 15 juin, la communication qu'il entend développer pour soigner son image de marque. «Une communication moderne, parfois décalée, pour faire passer un nouveau message», résume Didier Oberti, président du Syndicat des salaisons de Lacaune. Visuel chic et glamour, slogan sobre et élégant («Lacaune, c'est bon, c'est du Lacaune»), ont été choisis par l'agence de communication Campagnes & Cie pour détourner l'univers du luxe et de la mode et jouer la carte du bon goût, de l'authenticité et du savoir-faire. Une manière de faire la différence dans les linéaires des grandes et moyennes surfaces où sont principalement commercialisées les charcuteries de Lacaune, essentiellement en Occitanie. La vente chez les bouchers-charcutiers ainsi que sur les marchés locaux représente environ 20 % des ventes.

La nouvelle identité visuelle des charcuteries de Lacaune se déclinera sur les étiquettes des produits, sur les affiches de promotion et à travers un site internet modernisé. Un nouveau film promotionnel a été tourné pour les visiteurs de la maison de la charcuterie. Et des campagnes de publicité seront lancées en Occitanie dans les magazines Elle et Paris Match, toujours dans l'optique de se positionner dans la qualité haut de gamme.

D. MONNERY

Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

En chiffres

> 125 Le nombre d'éleveurs de porcs qui fournissent les salaisons de Lacaune, dont 60 % en Aveyron et dans le Tarn, et 82 % en Occitanie ;

> 6 Le nombre de salaisonniers habilités à produire des salaisons de Lacaune sous IGP (Charcuterie de Millas, Fourgassié Frères, La Lacaunaise, Maison Milhau, Oberti et Pujol) ;

> 4 Le nombre d'ateliers de découpe ;

> 3 Le nombre d'abattoirs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Lait : en manque de visibilité, Sodiaal fixe le prix du lait à 420 €/1000 l pour 3 mois

En manque de visibilité sur la capacité de la coopérative à répercuter l’inflation sur ses clients d’ici au 1er

Aides exceptionnelles à l’embauche d’alternants prolongées jusqu’à la fin de l’année 2022

Le nouveau ministre du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion, Olivier Dussopt, a annoncé le 24 mai, une prolongation…

Aide à l'alimentation animale : il reste 15 jours
Si votre poste alimentation dépasse 10% de vos charges et 3 000 €, vous pouvez demander cette nouvelle aide. Cette téléprocédure…
Les premiers échos de la moisson dans le Tarn
Peu de cultures semblent avoir résisté à la météo et les rendements sont très hétérogènes.
2021, une année sombre pour les producteurs d'ail rose
Réuni en assemblée générale le 31 mai à Vénès, le syndicat de défense du label rouge et de l’IGP veut croire en des jours…
Les Z'Elles gaillacoises volent au secours du pigeonnier
Les vigneronnes du Gaillacois se mobilisent ces 10, 11 et 12 juin à Cadalen.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais