Aller au contenu principal

Restauration collective
Quelles sont les exigences de la restauration collective

Dans le cadre du dossier consacré à la restauration collective, Thierry Garrigues, arboriculteur à Senouillac aux vergers du Bosquet témoigne de sa collaboration avec les collectivités, organismes ou établissements scolaires.

© Le paysan tarnais

Aux vergers du Bosquet, le travail avec la restauration collective, c’est une histoire qui dure depuis bientôt 20 ans. « En fait, nous nous sommes tournés vers eux quand nous avons fait le choix des différents circuits de commercialisation, explique Thierry Garrigues, l’arboriculteur installé à Senouillac. L’exploitation travaille aujourd’hui avec trois types de clients : les particuliers, la grande distribution et la restauration collective. L’exploitation agricole s’étend sur 40 hectares sont 25 de vergers (20 hectares en pommes, le reste en kiwi). Cinq hectares de pommes sont passés en agriculture biologique.

Pour Thierry Garrigues grande distribution et restauration collective ont des points communs et sont des clients complémentaires dans une réflexion de commercialisation. « Ils ont le même niveau d’exigences en terme d’approvisionnement et de qualité de services et de produit. C’est vrai que le service proposé compte autant que le produit pour eux. La différence entre les deux, c’est que la restauration collective travaille en flux tendu. Leur hantise c’est le service. Ils ont impérativement besoin d’être rassuré, d’avoir des garanties sur la régularité du produit mais aussi sur les horaires de livraison et les quantités. » C’est compréhensible, car la restauration collective doit prendre en compte dans son organisation les temps de préparation du produit. « Notre expérience fait que nous avons pu faire reconnaitre la qualité de nos produits et l’expertise de la logistique. On apporte un confort et une réactivité qui intéresse la restauration collective. »






Thierry Garrigues a commencé la commercialisation de sa production de pommes et kiwi auprès de quelques établissements scolaires du territoire et d’un hôpital. Un coup d’essai qui s’est soldé par une réussite. « La pomme correspond parfaitement aux besoins de la restauration collective dans l’enseignement par exemple car la commercialisation se fait de septembre à juin, pendant la période scolaire. On colle à leurs besoins et nous avons le produit disponible au bon moment. »

 


Envie d'en savoir plus ? Lisez le Paysan Tarnais !
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

La famille Gayraud tourne la page de sa vie de concessionnaire
Après plus d’un demi-siècle passé à vendre des engins agricoles, la famille Gayraud se recentre sur ses magasins Espace Émeraude…
Un capteur connecté en test avec Caste Aliment
L’entreprise de Mirandol mène un projet pilote avec l’entreprise Nanolike chez un éleveur de poules pondeuses à Villemur-sur-Tarn…
La filière œufs recherche des éleveurs de poulettes
Virginie Rouillon, chef du marché Volailles chez Caste explique l’intérêt de cet atelier.
Vous avez jusqu'au 30 juin pour enregistrer les heures de DIF
Les heures cumulées sur le compte DIF et non utilisées sont transférables sur le compte personnel de formation (CPF) jusqu’au 30…
Le prix des terres ne connaît pas la crise en Occitanie
L’effet Covid a renforcé l’intérêt pour les terres de notre région. Mais, changement climatique oblige, le marché agricole se…
Opération séduction pour l'agneau tarnais dans les cantines du département
Les collégiens du département ont pu goûter l’agneau tarnais de qualité grâce à une opération de promotion portée par l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais