Aller au contenu principal

Une dynamique vertueuse induite par l'installation

Installé fin 2019 près de Teulet, Florian Vieu a quitté un emploi salarié et repris des parts du Gaec d'all Suc. Une nouvelle production a été lancée en parallèle des vaches laitières. Témoignage.

Florian Vieu (à gauche) et Mickaël Soulié ont mis sur pied une organisation qui a rapidement porté ses fruits sur les aspects techniques et économiques du Gaec.
Florian Vieu (à gauche) et Mickaël Soulié ont mis sur pied une organisation qui a rapidement porté ses fruits sur les aspects techniques et économiques du Gaec.
© Le Paysan Tarnais

«Avant de m'installer, j'ai été électricien pendant 12 ans», témoigne Florian Vieu. Bien qu'il ait fallu un jour décider de quitter une activité salariée pour reprendre les parts de son beau-père dans le Gaec, la perspective d'être agriculteur - et en quelque sorte à son compte - ne l'effrayait pas. Avec son installation en 2019, l'habitude et le goût de prêter main forte pour les travaux des champs et le troupeau laitier est devenue un métier à part entière. Ceci avec tous les changements que l'élevage demande par rapport au rythme de vie : aussi bien les inconvénients que les avantages.

PARCOURS D'INSTALLATION

Florian Vieu a dû suivre une formation d'un an en BPREA. Même si, a priori, l'utilité n'était pas perceptible, son futur associé savait l'importance de ce temps d'apprentissage. «Il faut le faire pour voir autre chose, étudier d'autres façons de travailler, d'autres productions», conseille Mickaël Soulié. «Il y a eu des professeurs intéressants qui m'ont aidé à réfléchir le projet», estime le jeune installé.

Malgré les échanges et le suivi poussé avec le pôle installation de la Chambre d'agriculture, la plus grande contrainte de la phase d'installation s'est matérialisée dans les formalités administratives. «Il a fallu se projeter à cinq ans et ce n'était pas facile. On avait vraiment envie que ça avance !», souligne Florian Vieu. L'arme la plus utile dans le parcours a été la patience. «J'avais du mal à imaginer ce que cela représentait d'effectuer une reprise de capital. J'aurai bien aimé pouvoir passer plus de temps à échanger avec des éleveurs plutôt que de mouliner des chiffres. Mais il faut passer par là», résume l'éleveur.

UN GAEC RENFORCÉ ET DIVERSIFIÉ

L'installation s'est déroulée avec la reprise de 23 ha qui jouxtent les terres de la ferme, la totalité d'un lac (auparavant mutualisé) a augmenté la sécurité et l'autonomie fourragère. Certaines parcelles verront ainsi un retour de cultures irriguées moins fréquent. Les compétences en électricité du nouvel installé se révèlent utiles sur ces équipements. La mise en place d'une autre production a également sécurisé les ressources du Gaec.

«Avant que je m'installe, il y avait une opportunité de monter un bâtiment de volailles plein air avec le GFA de Pierpont», se rappelle Florian Vieu. Son futur associé a fait le maximum pour accélérer cet investissement : «parce qu'on voulait que ce soit en place à son arrivée dans la structure, précise Mickaël Soulié. Et le bâtiment a été opérationnel six mois avant !» De quoi se faire la main en attendant les avancées administratives.

TRAVAILLER MIEUX

L'enjeu du temps de travail a aussi été étudié sous tous les angles dans le projet d'installation. «L'arrivée de Florian a permis de repenser la gestion du troupeau et de mieux étaler les vêlages», précise Mickaël Soulié. La production laitière a bien augmenté et a été soutenue par l'arrivée du DAC inclus dans le projet d'installation. Mais cette augmentation des volumes n'est pas seulement la conséquence d'une meilleure efficacité de la ration.

Après quelques semaines pour que Florian Vieu gagne en autonomie et entre pleinement dans les aspects décisionnels, c'est le bon partage du temps-homme consacré à la ferme qui a aussi permis à Mickaël Soulié de sortir la tête du guidon. L'organisation de la ferme a été renforcée et des gains en efficacité constatés malgré l'ajout de l'atelier de volailles. De quoi voir plus loin avec davantage de sérénité sous l'oeil attentif et bienveillant des familles des deux associés.

F. Roussel

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Bilan hydrologique : l'année 2021 dans la moyenne
De l’hiver à l’automne, les épisodes de tension sur le Tarn se sont fait rares mais assez intenses. Voici ce qu’il faut retenir…
Toujours plus de bouches à nourrir dans le Tarn
Avec 5 933 185 habitants au 1er janvier 2019, l’Occitanie est la 5e région de France la plus…
Pac 2023 : après 67 ans, l'agriculteur choisira entre aide Pac et retraite

Comme cela était pressenti, le ministre de l'Agriculture a finalement ouvert davantage que cela était prévu en septembre la…

Le lycée de Flamarens accueille les 17èmes Ovinpiades
Le 20 janvier, 62 jeunes élèves de 12 établissements agricoles de la région vont tenter de décrocher leur ticket pour la finale…
Le Département veut aller plus vite avec ambition et audace
Le Président du Conseil départemental, Christophe Ramond, a présenté ses vœux à la presse pour 2022. Cap sur les investissements…
Loup : 2022 ne devra pas ressembler à 2021 !
Les constats de présence ont été multipliés par dix l’an dernier, dans le Sud-Est du département.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais