Aller au contenu principal

L’avenir de la filière laitière en débat lors de la session de la Chambre d’agriculture

Vendredi 18 novembre, la session de la Chambre d’agriculture du Tarn a permis de faire un zoom sur la filière laitière. Le nouveau préfet a assisté aux débats, au début de la réunion.

Myriam Driessen et les différents producteurs invités à témoigner lors de la table ronde.
Myriam Driessen et les différents producteurs invités à témoigner lors de la table ronde.
© Le Paysan Tarnais

Après ces échanges, une table ronde consacrée à la filière laitière s’est déroulée en présence de producteurs tarnais venus témoigner ainsi que de Myriam Driessen, économiste, ancienne chargée de mission à la commission européenne sur les dossiers agricoles. Des modèles économiques différents avec des stratégies d’entreprise et des choix techniques assumés ont été présentés. André Ravaille installé sur la commune de Florentin depuis 1981, d’abord. Après un parcours compliqué notamment avec un abattage total du troupeau en 2000 suite à un cas d’ESB, André Ravaille a fait le choix audacieux de l’investissement avec l’arrivée de son fils sur l’exploitation. «Nous avons modernisé nos équipements avec un robot de traite et un bâtiment neuf avec logettes et matelas.» Interrogé sur sa stratégie, André Ravaille explique avoir choisi la complémentarité polyculture élevage. «Pour l’atelier laitier, nous avons décidé de nous orienter vers des animaux productifs, nous produisons 700 000 litres de lait avec en moyenne une soixantaine de vaches au robot. Pour diminuer les coûts de production, nous produisons l’alimentation du troupeau sur l’exploitation.» Sur les 207 ha de SAU, 152 ha sont en culture. «Je pratique le non-labour depuis 16 ans, il faut donc alterner l’assolement et pratiquer l’intercalage des cultures d’hiver et d’été grâce à l’irrigation.»

Jean-Baptiste Keruzec, quant à lui, a choisi un tout autre modèle. Breton d’origine, il a notamment travaillé pendant 5 ans au Service de remplacement dans le Finistère. Il s’est installé à Saint-Martin-Laguépie, en intégrant le Gaec de la Sigarié. Cette exploitation de 155 ha est en agriculture biologique depuis 1999. 130 ha de l’exploitation sont consacrés à la SFP et 25 ha en culture. On y retrouve deux ateliers : 35 vaches allaitantes de race Blonde d’Aquitaine et 37 vaches laitières de race Abondance. «à la base, nous voulions peu à peu arrêter la production de lait et nous consacrer à la viande» , explique Jean-Baptiste Keruzec, «Mais j’ai repris goût à ce qui était mon métier d’origine, produire du lait. En bio, on ne s’attend pas à atteindre une productivité record, il s’agit plutôt d’une approche par la patience, avec une vision globale sur l’exploitation. L’objectif est d’être autonome au maximum et d’augmenter la productivité par vache qui est de 4 300 l. / vache.» Ludovic Marlot, élu à la Chambre d’agriculture et producteur de lait, constate tout de même des points communs entre les deux systèmes, notamment une approche globale du système de l’exploitation, l’autonomie alimentaire pour l’atelier lait et le choix de cultures protéiques qui sont bénéfiques pour la production de lait et pour la culture suivante.

Myriam Driessen a ensuite confié son analyse. La filière laitière du Sud-ouest a encore des atouts à valoriser, cela est bien mis en évidence par les témoignages. Le savoir-faire des producteurs et des industriels peut permettre d’activer des leviers de développement. Selon elle, les opportunités se situent dans le mi-lieu de gamme par exemple, car ce sont des valorisations qui se situent dans un segment en progression et qui sont également exportables. Le bio a également le vent en poupe auprès des consommateurs. Une bonne carte à jouer pour les producteurs est l’image d’un produit de proximité, car le grand public est de plus en sensible et averti lorsqu’il fait ses achats. Dès lors, la difficulté résidera surtout dans le fait de répercuter la valeur ajoutée dans le portefeuille du producteur. Constat partagé par tous les participants de la table ronde.

D.Gasc



Retrouvez le point de vue de M. Driessen sur les perspectives du marché du lait dans l'édition en ligne

Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

La famille Gayraud tourne la page de sa vie de concessionnaire
Après plus d’un demi-siècle passé à vendre des engins agricoles, la famille Gayraud se recentre sur ses magasins Espace Émeraude…
Un capteur connecté en test avec Caste Aliment
L’entreprise de Mirandol mène un projet pilote avec l’entreprise Nanolike chez un éleveur de poules pondeuses à Villemur-sur-Tarn…
La filière œufs recherche des éleveurs de poulettes
Virginie Rouillon, chef du marché Volailles chez Caste explique l’intérêt de cet atelier.
Vous avez jusqu'au 30 juin pour enregistrer les heures de DIF
Les heures cumulées sur le compte DIF et non utilisées sont transférables sur le compte personnel de formation (CPF) jusqu’au 30…
Le prix des terres ne connaît pas la crise en Occitanie
L’effet Covid a renforcé l’intérêt pour les terres de notre région. Mais, changement climatique oblige, le marché agricole se…
Opération séduction pour l'agneau tarnais dans les cantines du département
Les collégiens du département ont pu goûter l’agneau tarnais de qualité grâce à une opération de promotion portée par l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais