Aller au contenu principal

Trop peu mais très bon, c'est ainsi que s'écrit le point final des vendanges 2017

C'en est déjà fini des vendanges dans le vignoble gaillacois. Cette précocité est le symptôme d'une année à faible volume mais où la qualité sera au rendez-vous dans toutes les couleurs.

© Le Paysan Tarnais

La cuvée 2017 de Gaillac sera tellement bonne qu'elle a déjà un goût de trop peu ! C'est ce qui s'annonce, sans grande surprise, à l'heure où les vendanges viennent de se terminer. Entamées prématurément, autour du 24 août pour les Mauzac de la méthode ancestrale, les vendanges du vignoble gaillacois s'achèvent avec tout autant de précocité sur le calendrier habituel. Les Braucol et Cabernet Sauvignon, derniers rouges à prendre le chemin des cuves, ont rejoint les chais fin septembre avec une quinzaine de jours d'avance. Même les Loin de l'oeil des vendanges tardives sont déjà rentrés alors qu'ils se font désirer jusqu'en novembre-décembre les années classiques. La Toussaint n'est pas encore passée que le travail de cave est déjà bien avancé ! Un gain de temps au goût doux-amer pour les viticulteurs. Car si les vendanges ont été si rondement menées cette année, c'est aussi bien du à la climatologie qu'au volume récolté qui affiche une nette baisse. Près de 20 % de la récolte ont été perdus à cause du gel du printemps. Cette moyenne n'est que le reflet d'une situation très disparate sur le terrain : certains domaines ont eu la chance d'être épargnés par les frimas, quand d'autres ont perdu jusqu'à 50 % de la récolte. Là encore, les zones touchées sont très hétérogènes : «Les pieds les plus impactés sont ceux situés dans les bas-fonds des parcelles, après une rupture de pente, ou bien encore là où le vent passe et accentue les effets du froid», constate Virginie Vigues, con-seillère viticole à la Chambre d'agriculture du Tarn.

Les estimations tablent sur 380 000 hectolitres récoltés cette année. On est donc bien loin des volumes exceptionnels de l'an dernier (486 000 hl) et même en-dessous de la moyenne observée depuis 2009 qui s'établit à 405 000 hl.

D. MONNERY

 

Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Calamité

Une procédure de calamité agricole a été enclenchée pour les pertes sur les plantiers de mars-avril. Vingt-cinq vignerons ont déposé une demande d'indemnisation auprès de la DDT pour se faire indemniser un total d'environ 30 000 pieds morts à cause du gel.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

La famille Gayraud tourne la page de sa vie de concessionnaire
Après plus d’un demi-siècle passé à vendre des engins agricoles, la famille Gayraud se recentre sur ses magasins Espace Émeraude…
Un capteur connecté en test avec Caste Aliment
L’entreprise de Mirandol mène un projet pilote avec l’entreprise Nanolike chez un éleveur de poules pondeuses à Villemur-sur-Tarn…
La filière œufs recherche des éleveurs de poulettes
Virginie Rouillon, chef du marché Volailles chez Caste explique l’intérêt de cet atelier.
Vous avez jusqu'au 30 juin pour enregistrer les heures de DIF
Les heures cumulées sur le compte DIF et non utilisées sont transférables sur le compte personnel de formation (CPF) jusqu’au 30…
Le prix des terres ne connaît pas la crise en Occitanie
L’effet Covid a renforcé l’intérêt pour les terres de notre région. Mais, changement climatique oblige, le marché agricole se…
Opération séduction pour l'agneau tarnais dans les cantines du département
Les collégiens du département ont pu goûter l’agneau tarnais de qualité grâce à une opération de promotion portée par l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais