Aller au contenu principal

Syndical
En 2024, la FDSEA veut remettre les têtes à l'endroit

L’assemblée générale du syndicat s’est logiquement concentrée autour des actions de 2023 mais aussi les sujets qu’il faudra défendre dans les mois à venir.

Un peu moins d’un an après leur arrivée à la tête du syndicat, les coprésidents de la FDSEA du Tarn, Frédéric Florenchie et Marie-Line Bruel, présidaient leur première assemblée générale ce mardi 20 février à la Maison des agriculteurs à Albi. Devant plus de 130 adhérents, élus locaux ainsi que Christophe Chambon, SG adjoint à la FNSEA en invité spécial, ils ont retracé l’activité d’une année 2023 plutôt dense pour le syndicat tarnais. Tour à tour, Céline Imart, trésorière adjointe, Christophe Rieunau et Cédric Vaute, secrétaires généraux et Christophe Caussé, secrétaire général adjoint, ont présenté les différents temps forts de 2023. Une année qui a commencé par l’arrivée de la nouvelle équipe d’élus courant février et qui s’est terminée par les nombreuses mobilisations syndicales. Entre-temps, actions dans les GMS, travail sur les retraites et l’emploi, réforme de la PAC, rapport de la Cour des comptes, Tour de France, MHE ou journée eau sont autant de sujets qui ont marqué les mois passés. “On ne peut que vous féliciter pour tout ce travail effectué, vous avez une fédération très active”, s’est exprimé Christophe Chambon de la FNSEA à la fin du rapport d’activités.

Un soutien de la population jamais vu

Les élus tarnais ont également insisté sur la mobilisation syndicale de fin d’année, véritable point marquant de 2023 : “tout a débuté le 30 octobre chez nous avec le “On marche sur la tête” et les premiers panneaux retournés, se souvient Cédric Vaute, et c’est parti de chez nous parce qu’on est le territoire avec le plus bas revenu. On voit ensuite que l’ampleur a été nationale puis internationale.” “Les manifestations qui ont suivi nous ont permis de nous faire entendre et exposer nos problématiques. On a eu des réponses, notamment sur le GNR, la MHE ou la viticulture, mais il en manque beaucoup. C’est pour cela que l’on répète que le compte n’y est pas et on ne va pas lâcher”, ajoute Christophe Rieunau. Et Jean-Claude Sabin, historique défenseur du monde paysan, d’ajouter : “vous avez gagné la bataille de l’opinion publique et ça, c’est le plus important. C’était difficile à l’époque.” 

En 2024, les travaux pour la défense du métier ne sont pas arrêtés et vont encore se poursuivre. Parmi les priorités “absolues” évoquées par les coprésidents, l’eau, la protection des cultures et des animaux, la fertilisation ou la question du revenu. “Nous avons quatre points qui guideront la FDSEA du Tarn pour 2024 : se servir des revendications collectées pendant les manifestations pour le futur, tout faire pour consolider notre réseau départemental et donner envie de s’engager, améliorer les services aux adhérents et mener aux côtés des JA la campagne des élections Chambre d’agriculture”, indique Frédéric Florenchie. “Les travaux ont déjà commencé aux côtés du préfet du Tarn pour le mois de la simplification” rappelle de son côté Marie-Line Bruel. Assurément, les sujets syndicaux ne manqueront pas pour la FDSEA en 2024.

Ils ont dit... 

Christophe Chambon, secrétaire général adjoint FNSEA : "Je tiens vraiment à féliciter l’ensemble des Tarnais à l’initiative de l’idée des panneaux, qui était un début pour attirer la population sur la détresse du monde agricole. Et au fil des manifestations, on a un appui de la population que l’on avait pas auparavant. Maintenant, on va y aller étape par étape. Il y a eu des premières mesures qui ne sont pas suffisantes mais on a obtenu des choses grâce à notre mobilisation. Il faut maintenant avoir un calendrier sur les 120 mesures que l’on a demandé.” 

Michel Vilbois, préfet du Tarn : “Vous avez l’écoute des préfets et avez été entendu par le Gouvernement car vous avez su mener vos manifestations en toute responsabilité dans le département. On est conscient que votre avenir vous tracasse et qu’on vous demande de tout faire en même temps. Il y a un tas de choses à modifier et ça peut prendre du temps mais ça ne doit pas vous décourager car il y a une réelle remise en cause. Nous avons compris que vos actions ne sont pas terminées et qu’il y a encore du travail.”

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Rendez-vous les 6 et 7 avril à Réalmont !

La célèbre foire d'avril ouvrira ses portes le 6 avril pour 2 jours de convivialité autour de l’agriculture. 

À l'agglo Gaillac-Graulhet, "on marche aussi sur la tête"

TFNB, accès à l’eau, aménagement des routes, les agriculteurs tarnais ne sont pas satisfaits de la politique agricole sur le…

Matthias Bascoul : agriculteur dans l'âme !

Depuis sa plus tendre enfance, Matthias se projette dans l’exploitation familiale. Après des études en biologie, il renoue…

La dure poussée du Paulownia dans le Tarn

Le Paulownia a un potentiel de croissance époustouflant dans les conditions idéales mais que penser de lui dans les conditions…

Réalmont : les éleveurs tarnais récompensés

Découvrez tous les résultats aux concours départementaux Blonde d'Aquitaine, Limousine et Prim'Holstein

Foire de Réalmont : "C'est l'esprit de groupe qu'il faut considérer !"

La Foire de Réalmont, ça commence ce samedi. Mais pour les Réalités Réalmontaises, cela fait bien plus de 6 mois qu’elle est…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 96€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais