Aller au contenu principal

Ail rose de Lautrec : une récolte 2020 précoce et hétérogène

Toute la récolte est désormais rentrée en vue de la commercialisation dès le 16 juillet. Bon calibre, bonne qualité, belle couleur... les qualificatifs employés pour commenter la campagne 2020 sont plutôt favorables.

© Le Paysan Tarnais

Bon calibre, bonne qualité, belle couleur... Alors que la récolte de l'ail rose a touché à sa fin aux premiers jours de juillet avec une bonne semaine d'avance sur le calendrier habituel, les qualificatifs employés pour commenter la campagne 2020 sont plutôt favorables. "On a eu ce qu'il fallait de pluie pendant la bulbaison pour assurer un bon développement de l'ail, et surtout du beau temps à la récolte, ce qui est très important", indique Cédric Pradelles, cultivateur à Lautrec. À quelques pas de là, à Vénès, Thomas Bompart parle même d'une "très bonne récolte" : "On a un gros calibre, très régulier, des têtes jolies avec une belle couleur et pas de café au lait". Cette campagne favorable est à mettre au crédit "d'une bonne semence", estime-t-il, conjuguée à des bonnes conditions météorologiques avec "de la pluie quand il fallait et de la chaleur au bon moment".

Le président du syndicat de défense du label rouge et de l'IGP Ail rose de Lautrec, Gaël Bardou, se montre toutefois plus nuancé. "Ça a l'air d'être une belle récolte. Mais au final je pense qu'on sera sur une année moyenne, car il y a beaucoup d'hétérogénéité en fonction des dates de semis. Ceux de début décembre semblent s'en être mieux sortis que ceux implantés en janvier, mais chez certains producteurs c'est l'inverse. Les pluies de mai ont aussi pu tasser des parcelles. C'est donc très hétérogène en fonction des zones, et même parfois au sein des exploitations."

Point positif, la qualité sanitaire a plutôt l'air satisfaisante à la récolte, selon les professionnels. Le véritable verdict tombera au moment du conditionnement. En attendant, tout l'ail est à l'abri en train d'éliminer l'humidité dans les séchoirs. En écho à la récolte précoce, le début de la commercialisation sous label sera sonné cette année dès le jeudi 16 juillet. Exceptionnellement cette année, ce lancement ne sera pas porté par la fête de l'ail dans les rues de Lautrec. "On ne peut que souhaiter que les consommateurs gardent l'envie de cuisiner des produits de qualité, comme nous l'avons constaté durant le confinement, pour porter la demande qui, heureusement, est encore plus forte que l'offre aujourd'hui", conclut Gaël Bardou.

D. Monnery

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Bilan hydrologique : l'année 2021 dans la moyenne
De l’hiver à l’automne, les épisodes de tension sur le Tarn se sont fait rares mais assez intenses. Voici ce qu’il faut retenir…
Toujours plus de bouches à nourrir dans le Tarn
Avec 5 933 185 habitants au 1er janvier 2019, l’Occitanie est la 5e région de France la plus…
Pac 2023 : après 67 ans, l'agriculteur choisira entre aide Pac et retraite

Comme cela était pressenti, le ministre de l'Agriculture a finalement ouvert davantage que cela était prévu en septembre la…

Le lycée de Flamarens accueille les 17èmes Ovinpiades
Le 20 janvier, 62 jeunes élèves de 12 établissements agricoles de la région vont tenter de décrocher leur ticket pour la finale…
Le Département veut aller plus vite avec ambition et audace
Le Président du Conseil départemental, Christophe Ramond, a présenté ses vœux à la presse pour 2022. Cap sur les investissements…
Loup : 2022 ne devra pas ressembler à 2021 !
Les constats de présence ont été multipliés par dix l’an dernier, dans le Sud-Est du département.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais